Observateur OCDE
Home
Menu
Le logement d’abord : la solution finlandaise au phénomène des sans-abri

Il y a sept ans, Arvo (ce n’est pas son vrai nom) posait le pied dans ce bâtiment pour la première fois. À l’époque, c’était un foyer de l’Armée du Salut d’assez mauvaise réputation et réservé aux hommes sans domicile fixe. Arvo se souvient encore du moment où il a ouvert la porte du dortoir : trois hommes étaient assis sur leurs lits, l’air triste et déprimé. C’est là qu’il allait vivre pendant quelques années.

Arvo était sans domicile fixe depuis déjà un certain temps. Hébergé chez le peu d’amis qui lui restait, il trainait dans les lieux publics, les gares et les cages d’escalier. Son ex-épouse et sa fille n’étaient déjà plus que de lointains souvenirs. Certes, être logé dans ce foyer était mieux que rien, mais guère plus.

Aujourd’hui, Arvo ouvre une autre porte, celle de l’appartement dont il est l’unique locataire. Il se trouve dans le même bâtiment, mais qui a été transformé en complexe d’appartements individuels à louer, entièrement refaits à neuf. Le bâtiment est bien situé et même si l’appartement n’est pas très grand, il offre tout ce dont Arvo a besoin : une cuisine équipée, une salle de bain et un loyer abordable. Après son emménagement, Arvo a eu du mal à trouver le sommeil. Il restait sur ses gardes, s’attendant à ce que quelqu’un frappe à la porte. Mais ça ne s’est jamais produit et cet appartement est désormais son foyer.

Depuis qu’il habite ici, Arvo ne boit presque plus, car il ne veut pas courir le risque de perdre son logement. Demain est un grand jour pour Arvo : il est convoqué à un entretien d’embauche. C’est peut-être sa chance de trouver un travail, maintenant qu’il a un logement. Arvo est plein d’espoir, il a des raisons de vivre et des perspectives d’avenir.

L’histoire d’Arvo ressemble à celle de beaucoup d’autres locataires d’Alppikatu 25, immeuble subventionné d’Helsinki qui compte à présent 81 appartements à louer pour les sans-abri de longue durée. Construit en 1936, le bâtiment a été refait à neuf en 2012 pour un coût de 9.2 millions €, pris en charge pour moitié par le Centre finlandais de développement et de financement du logement. L’immeuble propose des appartements individuels, des équipements partagés et des services d’assistance sur place pour les locataires.

La résidence Alppikatu 25 est emblématique de la nouvelle politique de la Finlande pour résoudre les problèmes d’accès au logement. Elle illustre les aspirations et les mesures concrètes du Programme finlandais de lutte contre le phénomène des sans-abri de longue durée (PAAVO), lancé en 2008. Un des piliers du PAAVO consiste à remplacer les hébergements provisoires par des logements sous bail à durée indéterminée. Cette démarche a radicalement changé la structure des services et des solutions d’hébergement mis à disposition des personnes à la rue. Selon notre analyse, les personnes qui vivent dans les centres d’hébergement d’urgence et dans les foyers n’ont toujours pas de chez soi. Un logement permanent est la seule solution qui leur permette de prendre un nouveau départ.

La structure des services a radicalement changé : alors qu’on dénombrait près de 600 lits répartis dans les refuges et foyers d’Helsinki en 2008, la ville ne compte plus qu’un seul centre permanent d’hébergement d’urgence équipé de 52 lits (le centre propose plus d’hébergements d’urgence en hiver si nécessaire).

S’il est une leçon à retenir de ces 10 dernières années, c’est que pour que le programme Le logement d’abord (Housing First) fonctionne, il faut se préoccuper avant tout du logement. Cela implique d’offrir des appartements individuels à louer sous bail à durée indéterminée, accessibles sans condition et assortis de services d’assistance selon les besoins et les souhaits des locataires. Il est également important de réfléchir à différentes options d’hébergement. La plupart des sans-abri préfèrent habiter un appartement individuel dans un bâtiment indépendant, mais certains souhaitent louer leur propre appartement dans une structure plus collective qui offre des services d’assistance sur place. Ce choix peut être dicté par la peur de l’isolement et de la solitude dans un logement indépendant, ou par un besoin d’assistance plus important.

La Finlande est le seul pays où le nombre de personnes sans domicile fixe a diminué ces dernières années. Une victoire qui s’explique par la mise en place de cette stratégie nationale qui cible les sans-abri de longue durée les plus vulnérables. Les modalités de déploiement du PAAVO ont joué un rôle décisif : ces pogrammes sont mis en place dans le cadre d’un partenariat étroit avec les ministères, les communes et les groupes de la société civile, avec la coordination du ministère de l’Environnement. Les travaux sont réalisés en concertation, conformément à des accords mutuels et à des plans prévoyant le partage des responsabilités financières entre l’État et les communes.

En 10 ans, plus de 7 290 logements ont été attribués à des personnes sans domicile fixe. Tous les moyens possibles ont été mobilisés : appartements individuels achetés sur le marché privé, appartements dans des complexes de logements sociaux et appartements subventionnés construits ou rénovés en immeubles résidentiels. L’offre de logements sociaux abordables a joué un rôle crucial dans cette évolution. Ce parc de logements constitue la mesure structurelle la plus importante pour prévenir le phénomène des sans-abri.

En 1987, on recensait 1 370 familles et 17 110 personnes seules à la rue en Finlande, contre 214 familles et 6 615 personnes seules en 2017. Parmi elles, 5 528 sont hébergées temporairement par des amis ou des membres de la famille. Rien ne garantit que ces chiffres vont continuer à baisser, mais à présent, nous savons que c’est possible au prix d’efforts continus et déterminés.

Le modèle finlandais montre que le phénomène des sans-abri n’est pas une fatalité et qu’il est possible de le réduire, voire d’y mettre un terme. La solution passe par la reconnaissance du logement comme un droit de l’homme fondamental et par la détermination des pouvoirs publics à montrer l’exemple.

Référence

En savoir plus sur la Fondation Y : https://ysaatio.fi/en/housing-first-finland