Observateur OCDE
Home
Menu
En bref - juin 2009

Chute record du PIB ; Économie ; Verbatim ; Matières sexuées ? ; Discipline fiscale ; Comité d'aide au développement ; Chômage des jeunes ; Aide irlandaise ; Best of...

Gouvernement d'entreprise

Les défaillances du gouvernement d'entreprise ont contribué à l'effondrement des marchés financiers. Que faire ?

Développement trop lent

Il ne reste plus que six ans avant que les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) fixés par la communauté internationale n'arrivent à échéance. Or, selon plusieurs rapports, aucun des pays d'Afrique subsaharienne n'atteindra ces objectifs en 2015.

Vers un nouveau paradigme

La crise actuelle offre l'occasion de fonder un nouveau modèle économique où l'environnement, l'un des piliers du bien-être humain, doit occuper une place centrale.

Nouvel avenir pour l’imprimé

Scott McQuade évoque la perspective de voir les appareils de lecture numérique remplacer les ouvrages imprimés ("Imprimé en ligne ?", L'Observateur de l'OCDE n° 270-271, janvier 2009). Pourtant, rien n'indique aujourd'hui que les systèmes de livres électroniques tels que Kindle, Sony Reader ou iRex attireront massivement les lecteurs. À mon avis, ils finiront au même endroit que les autres tentatives similaires : le musée des idées neuves mais sans avenir.

Table ronde sur les politiques régionales

La crise économique touche des familles et des communautés dans le monde entier. Les régions étant les premières concernées, les politiques régionales peuvent jouer un grand rôle dans la recherche de solutions.

Le nouveau visage du commerce mondial

Le saviez-vous ? Le nombre de personnes qui vivent dans des économies à forte croissance ou dans des pays dont le revenu par habitant atteint les niveaux de l'OCDE a été multiplié par quatre au cours des 30 dernières années, atteignant ainsi quatre milliards. La mondialisation et les économies émergentes étudie l'un des facteurs majeurs de cette transformation : le commerce international.

Nemo-technique

Vous êtes dans un restaurant européen et souhaitez manger du saumon. Vous commanderez sans hésiter du salmone en Italie, du salmao au Portugal, ou encore du solomós en Grèce. Et un Allemand (lachs) commandera sans peine du laks en Norvège, du lax en Suède ou du lox dans un restaurant yiddish. Mais confronté aux termes yeono (coréen), som bali?i (turc), sake mau-rui (japonais) ou losos (croate), un dictionnaire des poissons lui serait bien utile.

Le poids de la dette

La crise financière et le ralentissement économique risquent d’accentuer les pressions sur la dette publique. Le problème est que, selon L’OCDE en chiffres 2008, la dette publique (qui inclut la dette des administrations centrales et locales) a déjà sensiblement augmenté dans l’ensemble de l’OCDE depuis 1987, passant de 59 % à 75 % du PIB en 2007. Il y a 20 ans, la Belgique avait la dette publique la plus élevée, le Japon l’a aujourd’hui remplacée avec une dette passée de 60 % à 170 % du PIB. La dette de l’Italie a aussi atteint plus de 100 % du PIB au cours des 20 dernières années.

L’économie espagnole

La crise financière a durement frappé l’économie mondiale, et tous les pays ne se redresseront pas au même rythme. L’Espagne est particulièrement vulnérable, car elle est confrontée à une grave crise de la construction immobilière. De plus, les ménages espagnols sont parmi les plus endettés de l’OCDE. Entre 2000 et 2006, le ratio dette/revenu disponible net est passé de 85 % à plus de 100 % dans la zone euro, mais a atteint 150 % en Espagne. Les entreprises sont également très endettées. À cela s’ajoute le fait que la forte croissance des 10 dernières années a été trop tributaire du dynamisme de l’emploi, surtout dans le secteur de la construction, devenu surdimensionné.

Vers un ciel plus propre

L’amélioration du contrôle des vols et de la gestion du trafic aérien peut être bénéfique pour l’environnement, mais il faut trouver des solutions pour répondre à la demande future.

L'Afrique émerge

Alors que l’économie mondiale s’enlise, en proie aux effets de la crise des subprimes, de la flambée des prix du pétrole et de l’instabilité des marchés financiers, il peut paraître surprenant que pour la quatrième année consécutive, le continent africain affiche une croissance économique sans précédent.