Observateur OCDE
Home
Menu
De meilleures perspectives pour les élèves autochtones

Selon Plutarque, « Éduquer, ce n’est pas remplir un vase, mais allumer un feu ». Dans une nouvelle étude, l’OCDE met en évidence que les chances d’éducation des élèves autochtones s’améliorent au Canada, en Nouvelle-Zélande et dans le Queensland, Australie. En effet, la part d’élèves autochtones diplômés de l’enseignement secondaire a augmenté entre 2010 et 2015 dans toutes les régions étudiées dans la publication intitulée Promising Practices in Supporting Success for Indigenous Students

La plus forte progression a été enregistrée au Canada, avec une hausse de plus de 10 points de pourcentage, portant la part d’élèves autochtones diplômés du secondaire à 53 %. Cette part n’atteint cependant pas celle observée en Nouvelle-Zélande et dans le Queensland, Australie (68 % dans les deux cas). Quoi qu’il en soit, ces chiffres, même s’ils ont progressé, montrent qu’il faut persévérer pour favoriser la réussite scolaire des élèves autochtones.

Les mesures mises en œuvre par les pouvoirs publics sont de plus en plus efficaces sur le plan du bien-être, du taux de scolarisation, de l’assiduité et de la réussite scolaire des élèves autochtones. En Nouvelle-Zélande, par exemple, le taux d’exclusion des élèves autochtones a été divisé par deux entre 2005 et 2015. L’exclusion scolaire est une sanction qui peut avoir de très lourdes conséquences pour les élèves, les empêchant de terminer leur scolarité. Pour l’éviter, certains établissements en Nouvelle-Zélande ont mis en place la pratique indigène appelée Te Whakatika, une démarche qui aide les élèves à résoudre des problèmes en groupes. Dans le Queensland, Australie, l’écart entre le taux de scolarisation des élèves autochtones et celui des élèves non autochtones s’est presque comblé pendant la dernière décennie, passant de 29,2 % en 2008 à 0,9 % en 2016. À cet égard, l’aide apportée aux élèves et aux établissements par le biais du mentorat s’est avérée particulièrement efficace.

Si la volonté d’améliorer les résultats éducatifs pour les élèves autochtones est forte dans les pays et les régions analysées dans la publication, certaines difficultés persistent, comme l’enseignement des langues autochtones qui est souvent absent des programmes d’études secondaires. L’éloignement géographique des établissements doit également être pris en considération, parce qu’il rend plus difficile le recrutement des enseignants et soulève des questions sociales. Le feu est allumé, mais il nous poursuivre nos efforts ainsi que la collecte de données pour continuer d’offrir des perspectives plus encourageantes aux élèves autochtones.

OCDE (2017), Promising Practices in Supporting Success for Indigenous Students, Éditions OCDE, Paris. http://dx.doi.org/10.1787/9789264279421-en

©L'Observateur de l'OCDE n°311 T3 2017