Observateur OCDE
Home
Menu
L’aide au développement n’augmente pas partout

En 2013, l’aide au développement a augmenté de 6,1 % en termes réels pour atteindre un record, malgré les pressions subies par les budgets des pays de la zone OCDE avec la crise. Les donneurs ont fourni un total de 134,8 milliards de dollars en aide publique au développement (APD) nette, ce qui marque un rebond après deux ans de baisse en volume. L’aide aux pays en développement a régulièrement augmenté dans la décennie 2000, mais a chuté en 2011-12 avec les mesures d’austérité.

L’APD nette en provenance des pays du CAD de l’OCDE était de 0,3 % du RNB (revenu national brut). Cinq pays atteignaient le niveau de la recommandation des Nations Unies pour un ratio APD/RNB de 0,7 %, le Royaume-Uni rejoignant notamment ce niveau pour la première fois après une hausse de 27,8 % de son APD.

Au sein de l’APD bilatérale nette, les subventions totales ont augmenté de 7,7 % en termes réels – de 3,5 % en excluant les remises de dettes. L’aide hors dons (acquisitions de fonds propres, notamment) a augmenté de 33 % en termes réels par rapport à 2012.
L’APD bilatérale nette à destination des pays les moins avancés a augmenté de 12,3 % en termes réels, à environ 30 milliards de dollars. Cependant, l’aide bilatérale vers les pays d’Afrique sub-saharienne était d’environ 26,2 milliards de dollars, soit une baisse de 4 % en termes réels par rapport à 2012. Alors que les niveaux d’aide pourraient encore augmenter en 2014, la tendance à une baisse de la proportion de l’aide allant vers les pays d’Afrique sub-saharienne qui en ont le plus besoin semble devoir se poursuivre

Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/fr/developpement

©L'Observateur de l'OCDE n° 298, T1 2014