Observateur OCDE
Home
Menu
République tchèque : consommation peu soutenue

La baisse de l’investissement et la récession frappant les grands marchés d’exportation ont contribué à un fort ralentissement de l’activité au début de l’année. Le PIB réel est devenu légèrement positif au deuxième trimestre, en grande partie grâce à un redressement des exportations et à la poursuite de la croissance de la consommation, à un rythme peu soutenu cependant. Une reprise progressive est prévue pour 2010 et 2011, sous l’effet d’un raffermissement de l’investissement et de la demande d’exportation, mais la faiblesse de la consommation continuera de peser sur la croissance. L’inflation est restée négative durant une partie de 2009, mais devrait remonter progressivement pour atteindre environ 2 % en 2011. Les autorités ont réagi à la baisse de l’activité en mettant en oeuvre deux plans de relance, alors que des facteurs conjoncturels creuseront encore le déficit des administrations publiques. Il n’y a donc guère de marge pour d’autres mesures discrétionnaires d’assouplissement budgétaire, et le parlement a déjà approuvé un plan d’assainissement pour réduire le déficit public. Pour inscrire l’effort d’assainissement dans le long terme, il faudra résoudre de graves problèmes du côté des dépenses, en particulier dans les secteurs de la santé, de la protection sociale et des pensions, dans le cadre d’une nécessaire stratégie de sortie.


©L'Observateur de l'OCDE N° 276-277, décembre 2009-janvier 2010