Observateur OCDE
Home
Menu
L’économie indienne

Les dernières Perspectives économiques de l’OCDE présentent pour la première fois une évaluation des perspectives économiques à court terme de l’Inde, qui s’ajoute à celles d’autres pays non membres incontournables, le Brésil, la Chine et la Fédération de Russie. L’Inde a connu l’une des plus fortes croissances au monde au cours des cinq dernières années. Toutefois, avec une population légèrement moins nombreuse que celle de la Chine et des revenus moyens sensiblement inférieurs, la puissance économique indienne reste inférieure de moitié à celle de la Chine, même si elle est deux fois plus importante que celles du Brésil ou de la Russie.

Droits devant

Jannat Bibi, qui vit dans un village au sud du Pakistan, a été fiancée à trois ans. Son histoire aurait dû s’arrêter là. Mais à 16 ans, Jannat a participé au Girl Child Project, une initiative de l’UNICEF et de la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), dont les travailleurs l’ont encouragée à ne pas se révolter contre sa famille, mais à la convaincre de soutenir ses choix personnels.

Comment faire fonctionner les partenariats

Imaginez qu’il existe une noix qui puisse sauver des milliers d’habitants des pays pauvres de la famine. Imaginez que cette noix permette de nourrir un enfant pendant un mois pour une vingtaine de dollars, à peu près comme le lait thérapeutique, mais qu’à la différence des autres aliments thérapeutiques, celui-ci ne nécessite pas de préparation, soit emballé, se conserve une fois ouvert, se transporte facilement et puisse être distribué directement aux familles.

Dilemme naturel

Il semble très difficile de concilier la préservation de l’environnement et les impératifs du développement dans un pays en développement comme le mien. Nous savons que l’homme tire son bien-être de la biosphère, et pour nous développer nous sommes obligés d’utiliser nos ressources, notamment naturelles.

Le nouveau pragmatisme de l’Amérique latine*

La croissance et une stabilité sans précédent se sont installées dans quelques grands pays d’Amérique latine. Les raisons en sont plus originales qu’il n’y paraît.

Horizons africains

Selon la cinquième édition des Perspectives économiques en Afrique du Centre de développement de l’OCDE, qui porte sur 29 pays, l’activité économique du continent a progressé de 5 % en 2005, dans le contexte de la flambée des marchés du pétrole et des minerais. Selon le rapport, l’activité économique globale du continent devrait se maintenir en 2006 et 2007, à respectivement 5,8 et 5,5 %. Mais ces chiffres cachent en réalité des disparités profondes, notamment selon les ressources naturelles des pays.

Pourquoi un environnement sain est essentiel à la réduction de la pauvreté

Avec un si grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté, pourquoi les pays en développement devraient-ils se soucier de l’environnement ? L’environnement est-il plus important pour les pays pauvres que pour les pays riches ? Les principales interactions entre la pauvreté, le développement et l’environnement ne sont pas toujours évidentes. Les neuf questions-réponses qui suivent montrent clairement que, dans la lutte contre la pauvreté, la préservation de l’environnement compte.

Les finances publiques de l’Amérique latine

La responsabilité budgétaire n’est plus un sujet tabou en Amérique latine. Le Mexique, par exemple, autrefois en proie à des déficits budgétaires explosifs, est devenu un acteur économique stable sur la scène mondiale. Mais ce pays membre de l’OCDE n’est pas un cas unique. Les gouvernements nouvellement élus au Brésil et au Chili promettent la rigueur budgétaire.

Sommet de l’ONU

La semaine dernière, les dirigeants du monde entier se sont retrouvés au siège des Nations unies à New York. Les déclarations se sont succédées et, après maintes difficultés et contestations, un communiqué a été approuvé. Le cynisme gagne à l’égard des sommets internationaux. Que peuvent malgré tout tirer de celui-ci ceux qui désirent mettre un terme à la pauvreté dans le monde ?

Décollage africain ?

L’Afrique prend-elle réellement un nouveau départ (n°249, mai 2005) ? Vous évoquez les conflits, mais comment pouvons-nous contribuer à empêcher les désastres humanitaires annoncés, comme celui qui semble inévitable au Darfour?

Un record pour l’aide au développement

Le sommet mondial des Nations unies de 2005 représente une remarquable avancée dans le domaine du développement.

Rythme de croisière

Les villes portuaires peuvent mettre à profit le tourisme de croisière pour stimuler leur économie, tout en évitant certains pièges et en protégeant l’environnement.

Des avantages du prêt

L’annulation de la dette des pays pauvres est certes une avancée, mais il ne faut pas négliger le rôle des prêts à des conditions libérales dans la promotion du développement et la lutte contre la pauvreté.

Réflexions sur le tsunami

Nous avons encore à apprendre du tsunami de 2004, notamment pour ce qui est d’honorer les promesses de dons et de contrôler l’aide d’urgence.

Changements au Moyen-Orient

Lorsque l’OCDE a lancé en partenariat le projet MENA en février dernier, on a beaucoup parlé de changement et d’ère nouvelle. Peu de temps après les élections irakiennes, on pouvait nourrir cet espoir, mais pour les spécialistes de la région, c’est un discours rebattu, également concernant le projet MENA. Bien entendu, toute initiative doit intervenir au moment propice. Est-ce le cas pour ce projet ?

L'aide en question

Depuis le désastre du tsunami, le financement du développement fait l'objet d'un contrôle de plus en plus rigoureux. Aussi le rapport sur la coopération pour le développement arrive-t-il à point nommé.

Climat et développement

Il paraît évident que des interactions existent entre le développement et les changements climatiques, mais les spécialistes du climat et les experts du développement travaillent-ils pour autant de concert ? Si ce n’est pas le cas, il est temps d’agir, comme l’a souligné le forum mondial de l’OCDE sur le développement durable : développement et changement climatique, qui s’est tenu les 11 et 12 novembre 2004 à l’OCDE.