Observateur OCDE
Home
Menu
Combattre la mortalité routière

Malgré les campagnes de prévention menées depuis plusieurs décennies, les accidents de la route font encore 1,2 million de morts et plusieurs millions de blessés graves par an dans le monde.

Il y a toutefois matière à satisfaction. Dans les 32 pays du Groupe international sur les données de sécurité routière et leur analyse (IRTAD), le nombre des tués sur la route a chuté de 42 % entre 2000 et 2014, ce qui est impressionnant pour une période aussi courte. Cette baisse dépasse 50 % dans de nombreux pays, et atteint même 70 % dans d’autres. Néanmoins, en 2015, le nombre de morts sur la route a augmenté dans au moins 19 pays.

D’après les données disponibles, le bilan est lourd dans certains pays, comme en Afrique du Sud où il se chiffre à 26 morts pour 100 000 habitants. Les moins touchés du Groupe IRTAD sont tous européens. En 2014, cinq pays (Islande, Suède, Royaume-Uni, Norvège et Suisse) enregistraient moins de trois tués pour 100 000 habitants.

Ces résultats globalement satisfaisants tiennent à la poursuite de stratégies de sécurité routière systématiques, portant sur la vitesse, l’alcool au volant, l’infrastructure routière, la sécurité des véhicules et la prise en charge des traumatismes routiers. La crise économique, qui touche nombre de pays depuis plus de dix ans, y a probablement aussi contribué en provoquant une diminution des déplacements.

Si les accidents de voiture sont moins meurtriers, piétons, cyclistes et personnes âgées sont toujours autant, voire plus vulnérables. En France, par exemple, les conducteurs de deux-roues motorisés représentent près d’un quart des victimes. Les premières causes d’accident grave ou mortel restent l’alcool au volant, la vitesse et le non-port de la ceinture de sécurité ou du casque.

Voir www.itf-oecd.org/IRTAD

©L'Observateur de l'OCDE n°307 T3 2016