Observateur OCDE
Home
Menu
Usines du monde

Malgré deux décennies d’externalisation et de mondialisation, l’industrie manufacturière des États-Unis était encore en 2009 la plus importante au monde. Cependant, sa part dans la valeur ajoutée mondiale avait diminué, passant de 22,7 % en 1990 à moins de 20 % en 2009.

Au cours de la même période, la Chine a suivi la tendance inverse, bondissant de 2,7 % à 17,5%. Elle a ainsi largement dépassé le Japon, qui représentait jusqu’alors la seconde industrie manufacturière mondiale. En vingt ans, la part de ce dernier a été ramenée de 17,7 % à 11,4 %.

La montée en puissance de la Chine a fait augmenter la part de l’ensemble des marchés émergents. En 2009, les BRIIC (qui comprennent, outre la Chine, le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie et l’Afrique du Sud) représentaient environ 25 % de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière, contre une part inférieure à 10 % en 1990.

Inversement, la part de plusieurs pays de l’OCDE s’est réduite. C’est notamment le cas de l’Allemagne, dont la part a reculé de 3%, pour ne représenter qu’à peine plus de 6 % du total. L’Union euopéenne ne représente plus que 17,5 % de l’industrie manufacturière mondiale.

Les deux seuls pays de l’OCDE ayant connu une légère amélioration sont l’Australie, qui a profité du boom des pays asiatiques pour atteindre 1 % du total, et le Mexique. La part qu’occupe ce dernier, économie émergente, dans l’industrie manufacturière mondiale, est passée de 1,3 % à 1,8 % du total.

©L'Observateur de l'OCDE n° 286 T3 2011