Observateur OCDE
Home
Menu
Se mettre vraiment au vert

Malgré les progrès réels des politiques et des législations vertes, les pays de l'OCDE auront du mal à tenir leurs grands engagements et objectifs environnementaux. Plusieurs raisons expliquent cet écart entre les intentions et les faits. Le respect des exigences environnementales est rarement - sinon jamais - absolu. Fixer le degré d'exigence souhaitable peut être difficile, et en déceler les manquements, puis les sanctionner, s'avérer complexe et coûteux. De plus, les institutions qui veillent au respect des réglementations environnementales doivent être indépendantes et capables de résister aux pressions politiques et à la corruption.

La course à la croissance verte

De nombreux programmes de relance prévoient des investissements en faveur de l'environnement. Des politiques appropriées pourraient ainsi stimuler la croissance tout en ménageant la planète.

Le nouveau visage du commerce mondial

Le saviez-vous ? Le nombre de personnes qui vivent dans des économies à forte croissance ou dans des pays dont le revenu par habitant atteint les niveaux de l'OCDE a été multiplié par quatre au cours des 30 dernières années, atteignant ainsi quatre milliards. La mondialisation et les économies émergentes étudie l'un des facteurs majeurs de cette transformation : le commerce international.

Des brevets par milliers

Plus de 400 brevets internationaux sont déposés chaque jour et offrent une bonne mesure des performances scientifiques et technologiques d’un pays. Les États-Unis sont en tête, avec 33 % des demandes de brevets internationaux dans le monde, bien que cette part ait diminué, comme celle de l’Europe.

Évaluer l’école, et après ?

Responsabiliser les établissements améliore-t-il toujours leurs performances ? Pas forcément de la manière que l’on croit, comme l’explique cet extrait de Améliorer la direction des établissements scolaires :