Observateur OCDE
Home
Menu

Pilule amère

Cliquer pour agrandir l'image

La multiplication des nouveaux médicaments, plus coûteux, a fait s’envoler les dépenses en produits pharmaceutiques dans les pays de l’OCDE ces 10 dernières années. Ainsi les dépenses pharmaceutiques par habitant ont doublé entre 1990 et 2001 en Australie et en Suède tandis qu’aux États-Unis elles ont progressé de 90 %. Dans ce pays, le budget consacré par habitant aux médicaments vendus sur et sans ordonnance s’est élevé à US$605 en 2001, pratiquement deux fois plus que la moyenne de l’OCDE (US$340) et près de quatre fois plus qu’au Mexique (US$152).
La hausse du coût des médicaments a fait augmenter la part du budget total de la santé consacrée aux produits pharmaceutiques dans la plupart des pays de l’OCDE, comme le montre la dernière édition du Panorama de la santé de l’OCDE. Pourtant, le Japon, l’Islande, la Grèce, le Luxembourg et l’Irlande ont inversé la tendance, en effet la part des dépenses consacrées aux médicaments vendus sur et sans ordonnance dans les dépenses totales de santé a diminué entre 1990 et 2001.De manière générale, les produits pharmaceutiques représentent une part plus importante des dépenses de santé dans les pays de l’OCDE à faible revenu, en partie parce que leurs prix sont fixés au niveau du marché international alors que d’autres éléments de la facture de santé, les salaires des personnels médicaux par exemple, sont fixés à une échelle plus locale. En 2001, sur l’ensemble des pays de l’OCDE ce sont la République slovaque et la Hongrie qui ont consacré aux médicaments la part la plus importante des dépenses de santé, soit plus de 30 %. Cependant, parmi les pays dont les dépenses totales de santé par habitant sont du même ordre, il peut exister de très grandes différences dans le budget qui est consacré aux médicaments. Le Danemark et la France ont à peu près les mêmes dépenses de santé par habitant, mais le Danemark est le seul pays de l’OCDE dont les dépenses en produits pharmaceutiques représentent moins de 10 % du total, soit 8,9 %, alors qu’en France cette part est de 21%.