Observateur OCDE
Home
Menu

Jusqu'où va la générosité des prestations dans les pays de l'OCDE?

Direction de l'Education, de l'Emploi, du Travail et des Affaires Sociales
Trois objectifs essentiels animent les concepteurs des systèmes de prestations : améliorer le niveau de vie des familles à bas revenu, surtout lorsqu'il y a des enfants ; inciter au travail et à l'indépendance économique et limiter les dépenses publiques. Ces trois objectifs supposent des arbitrages. Au cours des dernières décennies, on a alternativement privilégié l'un ou l'autre de ces trois objectifs. Dans les années 60 et 70, on a surtout voulu réduire la pauvreté. Dans les années 80, c'est l'abaissement des coûts qui a été mis en avant. Ces derniers temps, c'est l'objectif de l'indépendance économique qui paraît prendre le pas dans l'esprit des décideurs.
Il est difficile de comparer les effets des politiques publiques sur le revenu des personnes sans travail en raison de la complexité des régimes nationaux d'imposition et de prestations. L'OCDE fournit une estimation du taux de remplacement, à savoir le pourcentage du revenu net du travail que représentent les allocations de chômage et prestations connexes. Les taux, qui sont calculés pour des familles dont la personne qui a le revenu principal ne travaille pas, prennent en compte à la fois les allocations chômage, les allocations logement et les allocations familiales.En général, la combinaison de taux de prestations élevés et de déductions fiscales permet d’assurer des taux de remplacement pour les couples avec enfants plus élevés que pour une personne célibataire. Le taux de remplacement net pour une personne célibataire varie de 33 % en Irlande, 36 % en Italie, 37 % en Australie, et 38 % en Pologne pour les pays situés en bas de l’échelle, à 75 % aux Pays-Bas, 76 % en Espagne, 79 % au Portugal et 82 % au Luxembourg pour ceux placés en haut de l’échelle.Ce classement diffère pour les couples mariés avec enfants. La Pologne a le taux de remplacement net le plus bas avec 43 %, suivie par la Grèce (46 %) et la Corée (52 %), bien que celui de l’Italie reste peu élevé (54 %). Par rapport au scénario relatif à une personne célibataire, la position de l’Irlande augmente dans le classement et passe à un peu plus de 60 %. Le Luxembourg est toujours en tête avec un taux de remplacement net de 87 %, suivi par les Pays-Bas (85 %). Les prestations familiales font aussi augmenter la place des pays scandinaves, où les prestations pour les couples avec enfants sont importantes.