Observateur OCDE
Home
Menu
Alerte sur les transports maritimes

Les exploitants de navires devraient dépenser plus d’un milliard de dollars pour mettre en place les nouvelles mesures de sécurité destinées à contrer la menace d’attentats terroristes ; mais ce chiffre reste très inférieur aux coûts potentiels d’un attentat terroriste. Telle est la conclusion d’un nouveau rapport de l’OCDE intitulé Security in Maritime Transport : Risk Factors and Economic Impact (La sûreté des transports maritimes : facteurs de risque et impacts économiques).

Les échanges mondiaux sont tributaires des transports maritimes – plus de 80 % du commerce mondial est acheminé par voie maritime – et de grands efforts ont été accomplis ces dernières années pour renforcer, dans la mesure du possible, l’ouverture et la fluidité afin de stimuler encore davantage la croissance économique. Toutefois, selon le rapport, cette ouverture, qui a permis aux transports maritimes de se développer et de contribuer à dynamiser les économies, les rend aussi particulièrement vulnérables à des attentats terroristes qui pourraient bloquer le fonctionnement du système tout entier, par suite des mesures d’urgence que les pays pourraient être amenés à prendre.

Les risques sont nombreux et concernent aussi bien les transporteurs de vrac que les transporteurs de marchandises en conteneurs. Les enjeux sont élevés, étant donné que toute interruption importante du système de transports maritimes causerait des dommages à l’économie mondiale. Suite aux attentats terroristes perpétrés aux États-Unis en 2001, les pays ont renforcé les mesures de sûreté applicables au réseau de transports maritimes, en exigeant par exemple, l’établissement de plans de sûreté pour les navires et pour les ports ainsi que l’installation de systèmes d’alarme sur les navires. La plupart de ces mesures entreront en vigueur en juillet 2004. Les États-Unis ont développé leur propre arsenal de mesures de sécurité maritime qui vont de la notification préalable du contenu des cargaisons acheminées à bord de navires à destination de leur territoire jusqu’à la vérification préalable des cargaisons à haut risque dans les ports de chargement.

Selon le rapport, pour respecter ces nouvelles règles, les exploitants de navires devront installer des systèmes de sécurité et recruter du personnel supplémentaire, pour un coût d’investissement initial estimé à US$1,3 milliard et un renchérissement des coûts annuels d’exploitation de US$730 millions par la suite.

© L’Observateur de l’OCDE, N°239, Septembre 2003