Observateur OCDE
Home
Menu

Travail au féminin

Le nombre de femmes travaillant à l’extérieur a augmenté ces dernières années dans la plupart des pays de l’OCDE, et leur salaire a suivi le mouvement. Cela étant, et quelle que soit la manière dont on mesure l’écart salarial entre les hommes et les femmes, le salaire horaire féminin reste inférieur à celui des hommes dans tous les pays. En effet, comme il est noté dans la dernière édition des Perspectives de l’emploi de l’OCDE, il représente 84% du salaire masculin, soit un écart de 16 points. C’est au Portugal que le salaire féminin se rapproche le plus du salaire masculin. L’écart ne s’y établit qu’à cinq points. En revanche, au Royaume-Uni où l’écart est le plus large, le salaire des femmes n’atteint que 75% de celui des hommes.
Quoi qu’il en soit, la proportion de femmes travaillant à l’extérieur a augmenté ces 20 dernières années dans tous les pays de l’OCDE et dans certains, comme au Danemark et en Suède, le nombre des hommes et des femmes ayant une activité professionnelle est pratiquement égal. On peut cependant observer sur le graphique que les pays où le taux d’activité des femmes est élevé sont aussi ceux où l’écart salarial est le plus large. Ce phénomène est explicable: tandis que l’on retrouve dans tous les pays des femmes en activité ayant fait des études supérieures, c’est plutôt dans les pays où le taux général d’emploi des femmes est élevé que travaillent en grand nombre celles qui ont fait des études moins poussées. De ce fait, dans des pays comme l’Espagne, la Grèce et l’Italie, où la proportion de femmes occupées ne dépasse pas 30%, les femmes occupées exercent dans bien des cas des emplois qualifiés dont la rémunération s’écarte moins de celle des hommes. En revanche, l’écart est plus important dans les pays nordiques, au Royaume-Uni et aux États-Unis où une plus forte proportion des femmes en activité occupent des emplois peu qualifiés.Perspectives de l’emploi de l’OCDE, 2002.