Observateur OCDE
Home
Menu

Sciences et technologie : la réunion ministérielle fait le point

OCDE Observateur
La mondialisation accrue de la R-D et des activités d’innovation, l’émergence de questions planétaires qui transcendent les frontières nationales, de même que les coûts de plus en plus élevés de la recherche scientifique posent de nouveaux défis pour les décideurs publics : telle fut l’une des remarques formulées lors de la réunion du Comité de la politique scientifique et technologique au niveau des plus directement dans une optique internationale, de manière à renforcer la capacité des économies d’accéder aux résultats des ministres (CPST) qui s’est tenue le 22 et 23 juin derniers. Les ministres ont reconnu que pour tirer parti de la mondialisation, les politiques nationales de sciences et technologie devaient s’inscrire activités scienti-fiques et technologiques mondiales et de les exploiter. Ils ont souligné l’importance d’élargir les liens scientifiques et technologiques avec les pays non membres de l’OCDE. Convenant que les questions relatives à l’environnement global sont importantes pour la coopération internationale en matière de sciences et de technologie, les ministres se sont félicités de la proposition de la Corée d’organiser un symposium international à Séoul pour discuter des moyens de promouvoir et faciliter les échanges entre pays développés et pays en développement dans le domaine des technologies pour l’environnement.
José Mariano Gago, ministre de la Science et de la Technologie du Portugal a assuré la présidence de cette réunion qui a donné l’occasion de débattre des nouveaux enjeux de politiques liés au développement des connaissances scientifiques et technologiques, de leur incidence croissante sur les modes et la dynamique de la croissance économique et leur contribution à un développement durable et à l’amélioration du bien-être social. Les mi-nistres ont reconnu la nécessité de renforcer la communication avec les milieux scientifiques et des affaires, ainsi qu’avec la société au sens large, et ont accordé une haute priorité aux mesures susceptibles de rendre leurs économies plus innovantes et créatrices d’emplois nouveaux.L’OCDE consacre une grande part de ses travaux à la biotechnologie et les ministres ont salué les contributions importantes qu’apporte le groupe de travail du CPST dans les domaines de la santé, du développement industriel durable et du développement des infrastructures scientifiques. Ils encouragent les initiatives visant à créer une structure de coordination internationale avec la mise en place d’un Centre d’information mondial sur la biodiversité (GBIF). Pour plus d’information sur les conclusions de la réunion ministérielle du CSTP, consultez le site Internet suivant : http://www.oecd.org/subject/cstp/1999/