Observateur OCDE
Home
Menu

@cheter malin

OCDE Observateur

Selon la dernière édition des Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE, si l’utilisation d’Internet s’est considérablement répandue ces dernières années, le commerce électronique tarde en revanche à prendre son essor. En effet, consommateurs et entreprises se sont montrés jusqu’ici peu empressés à troquer le panier à provision ou le carnet de commandes pour le clavier, même dans les pays où l’accès à Internet est généralisé.

La valeur des ventes réalisées sur Internet, dans les pays où elle est actuellement mesurée, ne représentait qu’entre 0,4 et 1,8 % des ventes totales en 2000. Toutefois, même si la croissance spectaculaire que certains prédisaient ne s’est pas concrétisée, le volume des transactions électroniques est en augmentation. En Suède, par exemple, les ventes électroniques représentaient en 2000 plus de 10 % du total. Si le commerce électronique entreprises-consommateurs n’a pas décollé, ce n’est pas simplement pour des raisons d’accès. En effet, environ le tiers des Danois qui utilisent Internet y commandent des biens et services, tandis que seulement un internaute finlandais sur six environ achète en ligne. En Italie, où pourtant plus de 20 % de la population est raccordée, les achats sur Internet sont négligeables. Le commerce électronique interentreprises a progressé plus rapidement mais il est encore loin de correspondre à la disponibilité d’Internet. Ainsi, au moins la moitié des entreprises des pays de l’UE, et dans certains cas plus de 80 %, utilisent Internet, mais c’est seulement dans un pays – la Suède – que plus de la moitié des entreprises connectées se servent d’Internet pour passer leurs commandes. © L’Observateur de l’OCDE, Nº231/232, Mai 2002