Observateur OCDE
Home
Menu

Déliement de l’aide

OCDE Observateur

Le Comité d’aide au développement (CAD) lors d’une rencontre à haut niveau en avril s’est accordé sur le déliement de l’aide publique aux pays les moins avancés. Ce qui signifie que l’octroi des prêts et des dons destinés à financer tout un éventail de concours financiers et de projets ne sera plus dépendant des contrats détenus par les compagnies des pays donneurs.

Cet accord, selon Jean-Claude Faure, Président du CAD, est « un signe très concret...de la volonté du CAD de réformer les pratiques ayant actuellement cours dans le domaine de l’aide. » Cette rencontre à haut niveau a aussi adopté une déclaration pour réduire la pauvreté dans laquelle les pays membres du CAD s’engagent à faire de la réduction durable de la pauvreté l’axe essentiel de leur action de coopération pour le développement.Ils s’engagent aussi à ne ménager aucun effort pour aider les pays en développement à faire face aux défis de la mondialisation et de l’ère numérique et à s’attaquer au SIDA et à toutes autres maladies qui constituent encore un péril mortel. Les chiffres donnés avant la réunion ont montré que Aide Publique au Développement (APD) du Danemark a atteint un record de 1,06% du PNB en 2000. Les chiffres provisoires ont aussi montré que le Luxembourg a augmenté ses aides de 0,66% du PNB en 1999 à 0.7% actuellement, portant ainsi à cinq le nombre de pays ayant atteint le but fixé par l’ONU.Les autres pays qui ont déjà atteint l’objectif sont les Pays-Bas (0.82% du PNB), la Norvège (0,80%) et la Suède (0,81%). Le total de l’APD des membres du CAD a chuté en 2000 à 0,22% du PNB contre 0,24% l’année dernière. Les aides en dollars ont chuté de US$ 56,4 milliards en 1999 à US$ 53,1 milliards, mais l’essentiel de la baisse était due aux plus bas taux d’échange des principaux concurrents du dollar US. Dix pays receveurs sont sortis de la liste de l’APD, ainsi leurs aides n’ont pas été inclus dans le total des APD de 2000.© L’Observateur de l’OCDE, Nº226/227, Été 2001