Observateur OCDE
Home
Menu

Mexique : marge budgétaire limitée

La croissance économique devrait tomber bien au-dessous de son taux potentiel en 2008 et 2009, avant de se redresser progressivement en 2010. La faiblesse de l’activité aux États-Unis et une baisse de la production de pétrole réduiront les exportations ces quelques prochains trimestres, tandis que les effets des turbulences financières pèseront sur la croissance de la demande intérieure.

L’activité se redressera en 2010, sur fond d’amélioration de la situation économique mondiale. L’inflation refluera à proximité de l’objectif visé, avec la baisse des prix des matières premières, le ralentissement de l’activité et un resserrement monétaire assurant l’ancrage des anticipations, même si la récente dépréciation marquée du peso est appelée à exercer des pressions à la hausse sur les prix.

La politique budgétaire soutiendra l'activité à court terme, atténuant les chocs sur la demande. Néanmoins, la règle d'équilibre budgétaire, qui a conduit à dépenser une proportion excessive de la manne pétrolière les années passées, pourrait maintenant limiter la politique budgétaire si les prix pétroliers restent à un bas niveau. Un assouplissement progressif de la politique monétaire est de mise, à moins que la récente dépréciation du peso ne provoque un regain de tensions inflationnistes. Pour stimuler la croissance à long terme, les réformes devraient viser en priorité à améliorer l'efficacité des dépenses publiques, la flexibilité des marchés de produits et du travail et la concurrence.

©L’Observateur de l’OCDE nº 270/271, décembre 2008-janvier 2009