Observateur OCDE
Home
Menu

Médecins vieillissants

Cliquer pour agrandir

Le vieillissement va stimuler la demande de soins de santé, mais comment répondre à cette demande lorsque les médecins eux-mêmes vieillissent ? Prenons l’hypothèse d’un pays où la demande de médecins n’augmente pas et où il n’y a pas de migration. La formation de nouveaux médecins sera alors déterminée par le rythme auquel le personnel existant quitte la profession, devient inactif ou prend sa retraite.
Si la vie active moyenne d’un médecin est de 30 ans, avec un rythme constant de retraite, le « rythme de remplacement » requis sera de 33 pour 1000 membres actifs de la profession, soit 3,3 % par an. Mais une hausse de la demande fera croître ce taux, le faisant même doubler à 63 pour 1000 dans le cas où la demande annuelle constante augmenterait de 3 %. Et, alors que la génération de médecins issus du baby-boom approche de la retraite, ce taux de remplacement pourrait croître encore plus vite. Cependant, le taux de diplômés de médecine a décliné au cours des 20 dernières années, comme le montre le graphique tiré d’Eco-Santé OCDE 2007.En 2005, le taux moyen de jeunes diplômés était d’environ 34 pour 1000 médecins pratiquant dans la zone OCDE. Ce chiffre est trop bas pour satisfaire l’augmentation prévue de la demande. Si le taux de formation n’augmente pas, il existe un risque que les pays de l’OCDE continuent à attirer des docteurs issus de pays à bas revenus, où les besoins de soins de santé sont pourtant habituellement les plus grands.©L’Observateur de l’OCDE Nº 262 Juillet 2007