Observateur OCDE
Home
Menu

Belles villes

Au cœur des pays dynamiques, on trouve généralement une ville compétitive affichant une expansion rapide. San Francisco est la plus riche des 78 régions métropolitaines récemment classées par l’OCDE, avec 62 350 USD par habitant (à parité de pouvoir d’achat).
Avec 9 551 USD de revenu par habitant, Ankara est la plus pauvre. Les 10 premières régions sont toutes situées aux États-Unis. Londres (13e), Paris (18e) et Dublin (24e) sont les seules villes non américaines à figurer parmi les 25 premières. Ce classement témoigne bien des écarts de PIB national et de PIB par habitant entre les villes de l’OCDE, Tokyo arrivant tout juste à se hisser dans le top 50.Dans le monde interdépendant d’aujourd’hui, les grandes villes échangent généralement autant entre elles qu’avec le reste du pays auquel elles appartiennent. Désormais, les régions métropolitaines prospères sont confrontées à une concurrence accrue de la part de celles qui le sont moins. Entre 1995 et 2002, les régions métropolitaines au revenu relativement faible, comme le port coréen de Busan, Istanbul, Prague ou Varsovie, se sont enrichies plus rapidement que Tokyo, Francfort ou Vienne. Pendant la même période, Berlin, Budapest, Barcelone et Oslo ont même vu leur taux de croissance annuel moyen chuter. Néanmoins, des études menées par des spécialistes de l’OCDE indiquent que les avantages de la mondialisation se concentrent de plus en plus dans les régions métropolitaines les plus prospères. References
  •   OCDE (2006), Villes, compétitivité et mondialisation, ISBN 9264027106.

©L’Observateur de l’OCDE, n°258/259, décembre 2006