Observateur OCDE
Home
Menu
Une énergie intelligente

Pensez-y à deux fois avant de mettre en route la climatisation cet été. Dans les villes au climat chaud et humide, c’est pour beaucoup de gens la plus grande invention de tous les temps. Mais en termes de consommation d’énergie, l’air un peu plus frais coûte cher.

La publication intitulée Cool Appliances de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) préconise l’adoption de technologies conçues pour améliorer de plus d’un tiers en 10 ans le rendement énergétique des appareils électroménagers. La dépendance de la société contemporaine à l’égard de ces équipements ne semble guère diminuer ; or, 30% du total de l’électricité produite dans les pays de l’OCDE sont consommés dans le secteur résidentiel, qui de ce fait est responsable de 12% des émissions totales de dioxyde de carbone. L'entrée des pays en développement dans une nouvelle étape de progrès économique et social, alors que la consommation des pays développés est déjà considérable, fera croître encore plus la demande mondiale d’énergie.

Cool Appliances analyse les possibilités d’économies d’énergie et de réduction des émissions de carbone à la faveur du perfectionnement technologique des appareils courants. Même les technologies de l’information et des réseaux, de plus en plus utilisées dans notre société, sont une bonne cible pour d’éventuelles économies d’énergie. La plupart des ordinateurs consomment toujours de l’électricité, même en mode veille. L’ utilisation des appareils électroménagers moins gourmands en énergie permettrait de réduire de 642 térawattheures (TWh) la consommation d’électricité et de 322 millions de tonnes les émissions de dioxyde de carbone à l’horizon 2010. À elle seule, cette démarche aurait un effet équivalent à celui du retrait de la circulation de 100 millions de voitures dans les pays de l’OCDE. Elle permettrait aussi de réaliser jusqu’à 30 % des économies d’énergie visées par le Protocole de Kyoto.

L’AIE reconnaît que ces économies auraient un prix pour la collectivité, mais les dépenses à engager pour améliorer l’efficacité énergétique seraient plus que compensées par la baisse du coût de fonctionnement pendant toute la durée de vie d’un appareil ménager.