Observateur OCDE
Home
Menu
Éducation et diabète
education,sante,diabete,ocde

Saviez-vous qu’il existe un lien entre le diabète et le niveau d’études ? Il ressort d’un examen approfondi des données d’Eurostat (voir graphique) que, dans l’Union européenne, les personnes les moins instruites sont plus de deux fois plus nombreuses à déclarer souffrir de diabète que celles qui ont le niveau d’études le plus élevé.

En Grèce, l’écart est particulièrement marqué, puisque 15 % environ des personnes peu éduquées déclarent être diabétiques, contre 4 % des personnes instruites. Cela tient peut-être au fait que la part des personnes peu qualifiées dans la population âgée est plus importante et que le risque de diabète augmente avec l’âge. Mais les personnes peu instruites ont aussi souvent une alimentation moins équilibrée et sont plus susceptibles d’être obèses, deux facteurs de risque clés du diabète.

Selon les estimations de l’OMS, 422 millions d’adultes souffraient de diabète dans le monde en 2014. En fait, la prévalence mondiale du diabète a presque doublé depuis 1980, passant de 4,7 % à 8,5 % de la population adulte. Dans l’UE, 7 % environ des adultes étaient diabétiques en 2014 en moyenne, pour une fourchette comprise entre moins de 5 % au Danemark, en Lettonie et en Suède, et plus de 9 % en Grèce, au Portugal et en France.

Le coût économique est considérable. Dans l’UE, les dépenses de santé visant à prévenir et à traiter le diabète et ses complications étaient estimées à 100 milliards EUR environ en 2013. Plus d’un quart de cette somme est consacré au contrôle de la glycémie, un quart encore au traitement des complications à long terme du diabète, et le reste aux soins médicaux d’ordre général. Les diabétiques sont aussi moins susceptibles d’occuper un emploi et, si c’est le cas, ils sont plus souvent en congé maladie et sont globalement moins bien rémunérés.

©L'Observateur de l'OCDE n°309 T1 2017