Observateur OCDE
Home
Menu
Climat, inégalités, villes : ce que peuvent faire les maires
ville,climat,maire,inégalité,ocde

Des villes du monde entier prennent des initiatives remarquables pour combattre le changement climatique et réduire les inégalités. Une coordination mutuellement bénéfique de leurs programmes permettrait toutefois d’obtenir de plus grands résultats.

La dégradation environnementale et les changements climatiques frappent surtout les populations les plus démunies, qui sont proportionnellement plus nombreuses à vivre dans des zones insalubres, fortement polluées, et à être victimes des vagues de chaleur, coulées de boue, inondations et autres calamités appelées à se multiplier. Il est donc évident que la lutte contre la pauvreté et les inégalités doit être en adéquation avec l’action engagée face au changement climatique.

Or, bien que partant d’une bonne intention, ces mesures sont parfois contre-productives. Ainsi, une réglementation foncière restrictive, visant à juguler l’étalement urbain et à réduire le bilan carbone du cadre bâti, peut faire exploser le prix du logement. À l’inverse, une politique en faveur de la mobilité intra-urbaine risque d’accroître les émissions de gaz à effet de serre. Les municipalités, qui sont en première ligne face à ce double défi, peuvent poursuivre des stratégies gagnantes pour tous : investir judicieusement dans les transports publics pour créer des emplois à bas salaire ; développer localement les compétences et l’entrepreneuriat à visée écologique afin de doter des groupes défavorisés de capacités propres à une économie « verte » ; ou encore, soutenir l’entrepreneuriat et les start-up à l’échelle locale pour favoriser, de manière « climato-compatible », l’intégration sociale et économique de tous, et en particulier des victimes de l’exclusion sociale.

En bref, les politiques climatiques et celles qui visent à réduire les inégalités doivent être étroitement associées. Il existe d’ailleurs plusieurs exemples du succès de ces approches, comme les projets de mobilité à Rio de Janeiro ou les programmes d’économie circulaire écologique à Paris. De fait, cette ville, qui a accueilli la conférence historique de l’ONU sur les changements climatiques (COP 21) en décembre 2015 (où l’intervention des maires a été décisive), joue désormais un rôle de premier plan dans la promotion d’une approche plus intégrée face aux défis du climat et de l’équité.

Le 21 novembre, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, a accueilli la deuxième réunion de l’initiative de l’OCDE des Maires champions pour la croissance inclusive, à laquelle ont participé le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, le Président de la Fondation Ford, Darren Walker, et des personnalités venues du monde entier – Dakar, Rotterdam, Le Cap, Medellin ou encore Bruxelles – afin de lancer le Plan d'action de Paris pour une croissance inclusive dans les villes. Dans le cadre de ce plan d’action, les participants se sont engagés à collaborer pour promouvoir un programme pour la croissance inclusive fondé sur quatre piliers : éducation, marchés du travail, logement et environnement urbain, infrastructures et services publics. L’initiative est également soutenue par des partenaires institutionnels comme C40, Cities Alliance, Brookings Institution, ICLEI, National League of Cities, CGLU et United Way Worldwide.

La réunion de Paris n’est pas un événement isolé, elle s'inscrit dans une mouvance où les villes prennent le leadership sur ces sujets. Ainsi, deux semaines après Paris, 50 maires et 27 maires adjoints des plus grandes villes mondiales se sont réunis à Mexico pour le sixième Sommet biennal des maires du C40, qui a porté sur les villes et l’action climatique, dans l’objectif d’obtenir des progrès sur la voie d’une société urbaine résiliente et sobre en carbone.

Bien que de nombreuses grandes villes placent les questions du climat et des inégalités au sommet de leurs priorités, les outils manquent encore pour aider les dirigeants politiques à atteindre ces objectifs. Aussi l’OCDE et le réseau de villes pour le climat C40 ont-ils décidé d’unir leurs efforts pour recenser les déficits d’information, faire avancer la recherche et promouvoir les meilleures pratiques et politiques pour rendre les villes plus inclusives et durables.

Cette initiative est riche et prometteuse, mais nos villes, bien que déterminées à œuvrer ensemble, ont besoin du concours de tous les niveaux d’administration – national, régional et international – pour assurer la cohésion de leur action et en démultiplier les effets. Les gouvernements, en particulier, doivent redoubler d’efforts pour instaurer durablement des conditions propices, notamment en parvenant enfin à tarifer le carbone et en favorisant le développement des compétences et de l’entrepreneuriat, pour soutenir le programme transversal dont tant de maires du monde entier se sont fait les champions. Face aux inégalités et au changement climatique, les meilleurs résultats découleront nécessairement d’une meilleure action collective.

OCDE (2016), « Plan d’action de Paris pour une croissance inclusive dans les villes », voir http://oe.cd/1l5.

OCDE (2014), All on Board for Inclusive Growth, Éditions OCDE

OCDE (2010), Cities and Climate Change, Éditions OCDE   

« Lutte contre le changement climatique : les maires des grandes villes agissent », Table ronde de L’Observateur de l’OCDE, 2015

Voir www.oecd.org/inclusive-growth/about/inclusive-cities-campaign et www.c40.org

©L'Observateur de l'OCDE n°308 T4 2016