Observateur OCDE
Home
Menu
L’énigme de la productivité

Depuis la crise, la croissance de la productivité des économies de l’OCDE ralentit. Entre 2007 et 2013, la productivité du travail a augmenté de 3,7 % dans l’ensemble de l’OCDE, voire a baissé dans certains pays comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni (voir graphique). Une étude de la Banque de France, mentionnée dans ce magazine en 2014, évoquait un « ralentissement impressionnant » de la croissance de la productivité des pays développés depuis le début des années 2000, et retraçait ses fluctuations aux États-Unis, dans la zone euro, au Japon et au Royaume-Uni de 1890 à 2012.

Gagner en productivité n’est pas tant une question de « travailler plus » que de « travailler mieux », soulignent les experts de l’OCDE. Il s’agit de produire plus en combinant mieux les facteurs de production grâce à des idées nouvelles, des innovations technologiques et de bons modèles économiques. De la machine à vapeur au numérique, les innovations ont toujours été sources de bouleversements dans la production de biens et services, augmentant le niveau de vie et le bien-être.

Mais c’est justement ce qui rend les causes du fléchissement actuel mystérieuses, étant donné la vague d’innovations technologiques depuis les années 1990. D’après The Future of Productivity, la productivité multifactorielle (PMF), qui combine les facteurs travail, qualifications, technologie et logique économique, a chuté de 1,7 % dans la zone OCDE entre 2007 et 2013, principalement en Europe.

Comment expliquer cette faible croissance tendancielle de la productivité ? Est-elle temporaire ? Comment l’action publique peut-elle inverser la tendance ? Ces questionnements sont au cœur des préoccupations de l’OCDE, avant tout parce que la productivité favorise la croissance, l’innovation et le bien-être.

The Future of Productivity explique ce ralentissement par la lenteur de la diffusion des innovations mondiales de frontière depuis les entreprises pionnières jusqu’au reste de l’économie. Des réformes, dont certaines citées dans le rapport, pourraient accélérer cette diffusion, notamment en encourageant les entreprises à prendre des risques, en améliorant les compétences et en éliminant les mesures favorisant les entreprises en place peu novatrices.

Existe-t-il d’autres causes ? Prenons l’inclusivité : les inégalités et le manque de diffusion de l’innovation pourraient-elle être liées ? Existe-t-il une corrélation entre le creusement des inégalités de revenus et la croissance plus lente de la productivité ? Dans l’affirmative, comment intégrer cette corrélation aux réformes ? Et quid du développement durable ? Politiques de productivité et contraintes environnementales sont-elles interdépendantes − ce que Joshua Farley nomme les « limites planétaires de l’Anthropocène » ? Ces questionnements, qui sont à la base de l’initiative NAEC (Nouvelles approches face aux défis économiques) de l’OCDE, pourraient influencer l’avenir de la productivité.

Farley, Joshua (2015), « Limites planétaires, besoins sociaux et économie de l’Anthropocène », L’Observateur de l’OCDE, n° 304, novembre 2015, http://m.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/3966/Limites_plan_E9taires,_besoins_sociaux_et__E9conomie_de_l_92Anthropoc_E8ne.html.

OCDE (2015), The Future of Productivity, Éditions OCDE, http://dx.doi.org/10.1787/9789264248533-en.

OCDE (2015), « The Future of Productivity », Notes de politique économique de l’OCDE, juillet, http ://oe.cd/futureofproductivity.

OCDE (2014), « Adieu, croissance de la productivité ? », L’Observateur de l’OCDE, n° 300, T3, http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/3754/Adieu,_croissance_de_la_productivit_E9__.html.

Ramos, Gabriela (2016), « L’articulation productivité-égalité », L’Annuel de l’OCDE 2016, http://www.oecd.org/fr/forum/annuel-ocde/articulation-productivite-egalite.htm.

©L'Observateur de l'OCDE n°305 T4 2016