Observateur OCDE
Home
Menu
Tous ensemble pour une productivité plus forte et un monde plus inclusif
chili,rodrigo valdés,productivité,économie

C'est un grand honneur et une chance exceptionnelle pour le Chili de présider la Réunion du Conseil au niveau des ministres de 2016. Cette occasion de célébrer le cinquième anniversaire de l'adhésion du pays à l'OCDE est aussi une preuve supplémentaire de la montée en puissance des économies émergentes et en développement, qui représentent aujourd'hui plus de la moitié du PIB mondial. C'est également un moyen d'agir sur le programme de travail de l'OCDE et d’apporter la perspective d'un groupe de pays prospères bien que toujours inégalitaires.

Plusieurs économies émergentes, dont le Chili, ont connu une croissance relativement rapide ces vingt dernières années. Les revenus ont considérablement augmenté, permettant une amélioration significative de la qualité de vie des citoyens. En outre, la pauvreté a sensiblement reculé et les habitants ont dorénavant accès à des biens et services plus nombreux et de meilleure qualité.

Malgré ces résultats positifs, deux défis s'annoncent. Premièrement, le niveau d'inégalités reste inadmissible dans de nombreux pays. Parmi les membres de l'OCDE, des économies émergentes comme le Chili ou le Mexique font partie des plus inégalitaires en termes de revenus, et ne progressent que peu sur ce front. Les inégalités sont aussi en hausse dans certaines économies avancées, une situation qui suscite des inquiétudes, surtout depuis la crise. L’inclusion reste donc un objectif primordial.

Deuxièmement, la croissance de la productivité s'est ralentie presque partout, altérant les prévisions de croissance à moyen terme dans les pays riches, mais aussi émergents. Des réformes structurelles s’imposent, car seule une hausse de la productivité peut soutenir la croissance à long terme.

Bonne nouvelle : l'égalité et la croissance peuvent se stimuler l'une l'autre. Sans croissance, il n’est pas possible de créer des emplois de qualité et de faire avancer les droits sociaux. Par ailleurs, les sociétés plus inclusives affichent également une plus grande cohésion, elles sont moins sujettes aux conflits et plus propices à la confiance et la stabilité, source de croissance.  

La productivité offre pour sa part la possibilité de renforcer la croissance et l'équité simultanément. L’investissement dans le capital humain, par exemple, permet à la fois d’améliorer la productivité des travailleurs et de réduire les écarts de revenus. De même, la concurrence encourage les entreprises à être plus innovantes et efficientes, et elle rend également les biens plus accessibles.

La question est donc : comment promouvoir la productivité ? Dans les économies peu développées, les réformes nécessaires sont relativement bien connues. À l'inverse, dans les économies plus matures, les politiques visant à renforcer la productivité sont moins évidentes. Il faut plus d'innovation, un meilleur capital humain, un cadre réglementaire approprié et des marchés performants. La concurrence sur les marchés pousse à la création de nouvelles entreprises efficientes.

En 2014, le Chili a lancé un programme d’action en faveur de la productivité, qui comprenait plusieurs mesures visant à encourager les entreprises à investir dans les nouvelles technologies et le capital intellectuel, à relancer les secteurs stratégiques pour créer des emplois de qualité et à diversifier davantage l'économie − autant d'initiatives nécessaires pour gérer la fin de l’âge d’or des matières premières. La création d'une Commission nationale de la productivité, organe permanent, indépendant et participatif, constitue une étape importante. La Commission veillera à ce que la productivité soit au centre du processus de décision, et formulera des politiques publiques avec une vision à long terme.  

Poursuivant ses efforts, le gouvernement a déclaré 2016 « Année de la productivité », et a présenté un ensemble de nouvelles réformes structurelles afin d'améliorer la productivité en réduisant les coûts pour les créateurs d'entreprises et les PME, en simplifiant les formalités administratives et en favorisant l’augmentation des exportations de services. Le secteur privé a également participé : l'association patronale CPC a proposé plus de 100 mesures visant à éliminer les obstacles aux gains de productivité auxquels se heurtent les entreprises chiliennes. Le syndicat CUT devrait bientôt présenter des propositions pour renforcer la productivité des travailleurs.

Nos économies sont confrontées au formidable défi de renforcer la productivité tout en créant les conditions d'une société plus juste et inclusive. Pour y parvenir, il faut que les gouvernements et le secteur privé continuent d’œuvrer ensemble et de partager une même vision de l'avenir. Il est également essentiel que les pays collaborent, car les gains de productivité ont souvent des retombées au-delà des frontières. Nous avons tous à gagner à un monde plus productif.

Voir www.agendaproductividad.cl

©L'Annuel de l'OCDE 2016

Productivité et croissance inclusive au Forum de l'OCDE 2016

Accès à des emplois de qualité pour les jeunes te les seniors au Forum de l'OCDE 2016

L'Avenir du travail au Forum de l'OCDE 2016

Autres thématiques du Forum de l'OCDE 2016

Productivité et croissance à long terme

Statistiques sur la productivité

www.oecd.org/fr/chili/

L'Annuel de l'OCDE