Observateur OCDE
Home
Menu
Tendances émergentes de l'impôt
ocde,fiscalité,taxe,salaire

Entre 2010 et 2014, les impôts sur les salaires ont augmenté d’un point de pourcentage, à 35,9 % pour le travailleur moyen, selon Les impôts sur les salaires 2015. En conséquence, la différence entre les coûts salariaux globaux et les salaires perçus par les travailleurs (le coin fiscal) s’élargit. Qu’en est-il sur les marchés émergents ?

Le tableau est contrasté. Au Brésil et en Chine, le coin fiscal pour un travailleur moyen célibataire se situait entre 33 % et 34 % en 2013, légèrement en-dessous de la moyenne OCDE. En Indonésie et en Afrique du Sud, il était respectivement de 8,2 % et 14,3 % en moyenne. La situation est assez similaire en Inde, où pour un salarié d’une entreprise de plus de 20 employés, le coin fiscal était de 6,2 %.

Le travailleur moyen brésilien, chinois, indien ou indonésien paie peu ou pas d’impôt sur le revenu, 70-80 % du coin fiscal correspondant aux cotisations sociales patronales. En Afrique du Sud, les impôts sur les salaires représentent 11,4 % des coûts salariaux totaux, soit environ 80 % du coin fiscal total.

À la différence des pays de l’OCDE, la présence d’enfants a peu ou pas d’effet sur la charge fiscale chez ces partenaires de l’OCDE, sauf au Brésil où le second apporteur de revenu percevant 33 % du salaire moyen reçoit une bourse familiale appelée salário família, ce qui réduit légèrement le coin fiscal.

Voir www.oecd.org/fr/fiscalite

©L'Observateur de l'OCDE n°303 septembre 2015