Observateur OCDE
Home
Menu
Une vision pour le nucléaire
nucléare, énergie, aen, cop21, climat

Quel rôle l’énergie nucléaire peut-elle jouer dans la lutte contre le changement climatique ? Pour l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’OCDE, ce rôle est tout à fait central. 

Le monde n’est pas sur la bonne voie pour limiter la hausse des températures mondiales moyennes à 2°C. Pour respecter ce seuil, le secteur mondial de l’énergie, qui produit actuellement environ 40 % des émissions totales de carbone, devrait être quasiment décarboné en 2050.

Un document d’orientation de l’AEN explique comment l’énergie nucléaire peut contribuer à cet objectif (voir les références). Elle produit en effet 11 % de l’électricité globale, ce qui en fait la deuxième source d’énergie bas carbone après l’hydroélectricité.

L’énergie nucléaire économise presque 2 Gt d’émissions de CO2 chaque année, et a ainsi évité l’émission de plus de 60 Gt de CO2 sur la période 1970-2015, selon le document de l’AEN, qui ajoute que l’énergie nucléaire est la seule source d’électricité à grande échelle et bas carbone qui soit évolutive et transportable. De plus, d’après l’AEN, sa contribution à un développement durable sur le plan économique, social et environnemental va au-delà de la réduction des émissions de carbone : fourniture fiable et régulière d’électricité à un coût prévisible, absence d’émissions de polluants locaux et sécurité des approvisionnements, sans parler des bénéfices en termes de compétences, d’emploi et d’opportunités économiques.

L’énergie nucléaire représente aussi des défis, notamment pour le financement et la gestion de processus de construction complexes. Elle pose aussi des questions cruciales, comme la garantie de non-prolifération et la sécurité des centrales qui doivent accompagner la croissance du nucléaire, la gestion des déchets, et le fait que l’énergie nucléaire elle-même peut être vulnérable au changement climatique, bien que l’AEN soit confiante sur la résolution de ce problème. Il sera également important de sécuriser l’approvisionnement en uranium car, bien que les réserves actuelles permettent une consommation inchangée pendant un siècle, il faudra plus d’investissements futurs dans les mines.

Par ailleurs, si la fission nucléaire ne produit pas de CO2 ou d’autre gaz à effet de serre, il existe des émissions indirectes qui peuvent être attribuées au nucléaire, dans la construction par exemple, ou en provenance des combustibles fossiles utilisés dans l’extraction d’uranium. Du côté positif, l’AEN souligne que les seules émissions atmosphériques locales dues à la phase de production du cycle du combustible nucléaire sont mineures.

En bref, la contribution de l’énergie nucléaire à la lutte contre le changement climatique pourrait être plus importante que jamais : elle pourrait devenir la première source d’électricité. Cependant, comme le souligne l’AEN, aucun pays ne pourra mettre en œuvre une expansion significative du nucléaire sans un soutien politique clair et régulier de la part des pouvoirs publics.

AIE-AEN (2015), Technology Roadmap: Nuclear Energy, Paris

OCDE-AEN (2015), « Nuclear Energy: Combating Climate Change », Éditions OCDE, disponible sur http://oe.cd/1aD

Voir www.oecd-nea.org