Observateur OCDE
Home
Menu
Les nappes souterraines s’épuisent
nappes souterraines, changement climatique, développement durable, cop21, ocde

L’eau douce, source de vie, ne représente qu’une très faible part de l’eau présente sur terre. Dans bien des régions, notamment arides et sèches, on ne la trouve que dans les nappes phréatiques. Les ressources souterraines sont également essentielles dans les régions moins arides, et quelque 2,6 milliards de personnes en sont tributaires, notamment pour l’agriculture : plus de 60 % des cultures irriguées aux États-Unis, et plus de 70 % en Espagne dépendent des nappes souterraines.

Les conséquences économiques sont immenses. On estime par exemple qu’en Australie, l’eau souterraine utilisée en agriculture uniquement contribue chaque année à hauteur de 11 milliards AUD à l’économie.

La mauvaise gestion et la surexploitation des ressources par les agriculteurs, les ménages et l’industrie ont épuisé les aquifères qui peinent à se recharger. Aux États-Unis, par exemple, la nappe des Hautes Plaines, utilisée pour irriguer plus de 20 % des terres cultivées, a diminué de 70 % en 50 ans.

L’épuisement des nappes souterraines peut induire d’autres conséquences graves pour l’environnement : perturbation des zones humides, salinisation des terres adjacentes, voire effondrement géologique.

Les périls du tarissement - Vers une utilisation durable des eaux souterraines en agriculture évoque les menaces qui pèsent sur les aquifères et leurs implications pour l’accès à l’eau douce dans le futur. L’eau souterraine, ressource accessible, fiable et encore largement non polluée, est gage de sécurité pour l’avenir, sachant que les eaux superficielles parviennent de moins en moins à répondre à nos besoins. Les Nations Unies ont même lancé un programme dans certaines zones d’Afrique pour exploiter de nouveaux aquifères. Toutefois, les sécheresses, la pollution, l’explosion de la demande d’une population en pleine croissance et les projets de fracturation hydraulique pourraient compromettre la durabilité de l’eau souterraine.

Les périls du tarissement propose un plan d’action en trois parties pour améliorer la gestion de l’eau souterraine, en particulier des usages agricoles, qui s’articule autour des cadres réglementaires, des instruments économiques et des programmes de gestion collective.

OCDE (2015), Les périls du tarissement - Vers une utilisation durable des eaux souterraines en agriculture, Études de l’OCDE sur l’eau, Éditions OCDE

Voir également :

www.oecd.org/fr/environnement/ressources/ledefideleaulareponsedelocde.htm et www.observateurocde.org/eau

©L'Observateur de l'OCDE No 304, Novembre 2015