Observateur OCDE
Home
Menu
Améliorer les investissements nigérians
nigeria, investissement

Depuis le retour de la démocratie en 1999, le Nigéria a entrepris d’ambitieuses réformes pour accroître la libéralisation du marché et l’ouverture économique. Pays africain de loin le plus peuplé (plus de 170 millions d’habitants, soit 18 % de la population du continent), il revendique désormais la place de première économie africaine, fort d’un PIB nominal estimé à 510 milliards USD. La croissance de son PIB est supérieure à 5 % depuis 2003, et il devance depuis 2009 l’Afrique du Sud comme pays africain privilégié des investissements directs étrangers (IDE). Malgré cette croissance continue, son climat des affaires et des investissements demeure médiocre : dans le classement Doing Business de la Banque mondiale, le Nigéria est 170e sur 189 pays, derrière l’Afrique du Sud (43e), le Ghana (70e), le Botswana (74e) et le Kenya (136e).

Le rapport de l’OCDE Investment Policy Reviews: Nigeria 2015 évalue la qualité de la politique d’investissement du pays au regard du Cadre d’action pour l’investissement de l’OCDE, un outil d’amélioration des conditions d’investissement. Le rapport analyse la protection juridique dont bénéficient les investisseurs nationaux et internationaux, le régime juridique de propriété foncière et les règles d’expropriation : pour rassurer les investisseurs, les pouvoirs publics devraient envisager de renforcer les droits de propriété foncière. Si, selon la Constitution de 1999, tout citoyen a le droit d’acquérir et de posséder des biens immobiliers, la principale législation régissant l’accès à la terre est le Land Use Act de 1978 qui nationalise toutes les terres du pays. Même si le droit coutumier permet de contourner ce texte, des réformes plus solides seraient utiles. Le rapport formule des recommandations, notamment sur le commerce, l’investissement dans les infrastructures et la concurrence.

Pour la première fois, le Cadre d’action pour l’investissement est appliqué au niveau infranational, un chapitre du rapport étant consacré à l’investissement dans l’État de Lagos, moteur de l’économie nigériane dont la contribution représente environ 1/6e du PIB. Cet État a pris un rôle de premier plan dans la promotion de modes originaux de règlement des différends, l’élaboration de lois et le développement des énergies propres et des partenariats public-privé.

OCDE (2015), OECD Investment Policy Reviews: Nigeria 2015, Éditions OCDE, http://dx.doi.org/ 10.1787/9789264208407-en

Voir www.oecd.org/fr/investissement/cadre-action-pour-investissement.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°303, Septembre 2015