Observateur OCDE
Home
Menu
Écart salarial

Le problème des inégalités de salaires entre hommes et femmes continue de se poser, malgré des décennies de lois telles que le Equal Pay Act américain et l’égalité de salaires stipulée par le Code du travail français depuis un demi-siècle. Non seulement les femmes gagnent toujours moins que les hommes à travers le monde, mais l’ONU prévoit un maintien de cette situation pendant encore 70 ans.

Les pays de l’OCDE ne font pas exception : la plupart présentent des écarts de salaires de 10 à 20 % pour les travailleurs à plein temps. La Corée et le Japon arrivent en tête, avec des écarts respectifs de 35 et 26 %. Présentant des différences salariales de 15 à 18 %, l’Allemagne, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne sont pas non plus des modèles d’égalité. À l’opposé, la Nouvelle-Zélande remporte la palme de la parité au sein de l’OCDE avec un écart de salaires de 6 %, suivie de près par la Belgique, le Danemark et la Norvège, avec environ 7 %.

L’Espagne et la Grèce, frappées par la crise, déjouent les pronostics avec des écarts plutôt faibles (environ 10 %), peut-être parce que seules les femmes les plus qualifiées ayant conservé leur emploi, leur revenu médian a progressé.

Les écarts de salaires ont certes diminué dans la plupart des pays de l’OCDE, mais cette tendance ralentit : la réduction annuelle de l’écart, qui était de 2,1 points de pourcentage entre 2000 et 2006, est passée à 0,9 seulement entre 2006 et 2012.

Voir www.oecd.org/fr/parite

©L'Observateur de l'OCDE n°302, Avril 2015