Observateur OCDE
Home
Menu
Adieu, croissance de la productivité ?

Saviez-vous que le rythme de croissance de la productivité ralentit fortement dans toute la zone OCDE ? Un ralentissement au demeurant continu depuis le début des années 2000, après le bref sursaut des années 1980-1990 dû notamment à la démocratisation des technologies de l’information et de la communication. 

Dans un document de travail, la Banque de France distingue, de 1890 à 2012, quatre périodes au cours desquelles innovation et rattrapage ont tiré la productivité. La première, de 1890 à la Première Guerre mondiale, voit la productivité progresser modestement, portée par le Royaume-Uni, avec les autres pays dans son sillage. La suivante se caractérise par une accélération significative de la productivité aux États-Unis, dans les années 1930 et 1940, alors que d’autres pays développés subissent encore les conséquences de la Grande Dépression et de la guerre.

La troisième, après 1945, marque un âge d’or pour l’Europe et le Japon, qui rattrapent leur retard par rapport aux États-Unis. En 1995, une quatrième période, courte mais réelle, redonne aux États-Unis la première place en termes de productivité, alors que le processus de convergence engagé après-guerre a pris fin. Chacune de ces vagues résulte d’avancées technologiques, de l’électricité aux produits pharmaceutiques, des moteurs à combustion à l’informatique, même si l’impact de cette dernière a considérablement diminué dès 2000.

 

Pour en savoir plus sur ces tendances et leurs causes historiques, voir : « Tendance de la productivité de 1890 à 2012 dans les pays avancés » par Antonin Bergeaud, Gilbert Cette et Rémy Lecat, février 2014, Document de travail no 475, www.banque-france.fr

Ce document a fait l’objet de discussions lors de la Conférence OCDE-NBER sur la croissance de la productivité et l’innovation sur le long terme, au siège de l’OCDE les 26 et 27 septembre 2014, voir http://oe.cd/IC.

©L'Observateur de l'OCDE n°300, T3 2014

Voir aussi:

Banque de données