Observateur OCDE
Home
Menu
Les choix fiscaux allemands

Vous proposez d’alourdir l’impôt sur les plus-values de l’immobilier résidentiel (hors logements occupés par leur propriétaire) afin d’améliorer la répartition des revenus et accroître les recettes publiques (Étude économique de l’Allemagne 2014). 

Or, pour beaucoup de salariés de PME appartenant aux classes moyennes, les investissements immobiliers représentent un complément de retraite, et pour nombre d’anciens travailleurs indépendants, c’est même le principal revenu. Plutôt que d’augmenter la pression sur ces contribuables et de décourager l’investissement en augmentant l’impôt sur les plus-values, le gouvernement devrait soutenir les investissements dans l’immobilier, ce qui pourrait faciliter la planification des retraites privées et permettre de contrer l’augmentation constante de la pauvreté chez les personnes âgées.

Ajouté à la pression fiscale et aux faibles taux d’intérêts pratiqués par la BCE qui appauvrissent insidieusement les déposants, un relèvement de l’impôt sur les plus-values ne ferait qu’ébranler davantage la responsabilité individuelle et la confiance des citoyens. 

Julia Münch, Wald-Michelbach, Allemagne 

©L'Observateur de l'OCDE n°299, T2 2014

Lire aussi:

Etude économique de l'Allemagne 2014

Les commentaires et courriers peuvent être reformulés pour les besoins de la publication. Écrivez-nous sur observer@oecd.org ou sur ces portails: www.observateurocde.orgwww.oecdinsights.org, ou sur les autres portails mentionnés sur cette page.