Observateur OCDE
Home
Menu
Retraite : le bon âge

Vous écrivez que la tendance est à l’allongement de la vie professionnelle, et que « la norme évolue vers le maintien d’une activité professionnelle » après l’âge habituel de la retraite (« Bienvenue aux candidats seniors », L’Annuel de l’OCDE 2014).

Mais cela ne signifie pas que l’âge officiel de la retraite devrait disparaître. Comme pour aller à l’école ou voter, celui-ci est un repère, pour l’action publique comme pour les décisions individuelles.

Certes, il est désolant que certains employeurs poussent les plus de 50 ans à la retraite anticipée pour faire des économies à court terme. La charge est alors transférée sur les deniers publics, et les compétences, l’expérience, la productivité des personnes concernées sont perdues. Les gouvernants devraient s’attaquer à ce problème par des mesures fiscales ou autres. Des personnes de plus de 60 ans en parfaite santé ne devraient pas non plus être obligées de partir si elles désirent continuer à travailler.

Mais sans âge de départ précis, beaucoup de seniors pourraient se sentir contraints de travailler encore, même s’ils n’en sont plus capables, ce qui peut générer un grand stress. La perspective de la retraite peut également être stimulante. Avec une date précise, les seniors sont incités à préparer leur retraite ; sans, ils risquent d’être découragés. Et si l’on vit plus longtemps, ce n’est pas forcément en bonne santé, et certains seniors doivent parfois s’occuper de proches encore plus âgés. Il est donc important de conserver un âge de départ officiel, qui ne doit pas devenir comme vous le suggérez « anachronique ».

R. J. Doyle, Dublin, Irlande 

©L'Observateur de l'OCDE n°299, T2 2014

Lire aussi :

Bienvenue aux candidats Seniors

Les commentaires et courriers peuvent être reformulés pour les besoins de la publication. Écrivez-nous sur observer@oecd.org ou sur ces portails: www.observateurocde.orgwww.oecdinsights.org, ou sur les autres portails mentionnés sur cette page.