Observateur OCDE
Home
Menu
Une vie de soins

Les obligations de soins aux enfants et aux  parents âgés, majoritairement assumées  par les femmes, pèsent sur leurs décisions  d’intégrer ou non le marché du travail et  sur leurs profi ls de carrière. Les aidants  familiaux sont en effet plus susceptibles  à 50 % de rester à la maison, et, lorsqu’ils  sont employés, ils travaillent en moyenne  deux heures de moins par semaine que les  non-aidants.  

De plus, s’ils fournissent un service utile à  la société, dispenser des soins de manière  informelle et sur une longue durée entraîne  souvent une souffrance psychologique  croissante, de l’épuisement et une détérioration  globale de l’état de santé. Les pouvoirs  publics peuvent être réticents à imposer des  solutions aux parents mais un certain nombre  de pays, notamment les pays nordiques,  l’Allemagne et le Portugal, accordent  aux pères un droit exclusif à une partie  du congé parental et/ou une garantie de  revenu confortable pendant cette période.  La France vient également d’adopter une loi  en ce sens, visant à faire passer le nombre  d’hommes en congé parental de 18 000  actuellement à 100 000 d’ici 2017. 

Rappelons que l’activité des femmes n’est  pas qu’une question d’équité : un taux  d’activité féminine et des niveaux de  rémunération des femmes plus élevés contribuent  à renforcer la croissance économique  à long terme, réduisent les risques de  pauvreté, et peuvent également contribuer à  remédier au problème du  vieillissement sur le marché du travail. 

Voir www.oecd.org/fr/parite 

©L’Observateur de l’OCDE n° 295, T2 2013