Observateur OCDE
Home
Menu
Immigrés espagnols

Il y a vingt ans, les économistes applaudissaient l’Espagne, nouvelle étoile montante. Cependant, en termes de productivité, ce pays n’a jamais vraiment réalisé son potentiel. Pourquoi ?

Un article plutôt technique (mais tout à fait lisible) d’Andrés Fuentes, de l’OCDE, et de Juan S. Mora Sanguinetti, de la Banque d’Espagne, donne des pistes. Il examine des questions comme la faible croissance de la productivité totale des facteurs, qui reflète la technologie et les compétences, et l’interdépendance entre le travail et le capital.

Une autre question concerne l’immigration : comment en tirer meilleur parti ? La proportion d’étrangers en Espagne a fortement augmenté ces dix dernières années, passant de 1,6 % en 1998 à 12,2 % en 2010. De plus, les étrangers sont relativement bien formés. Pourtant cette immigration n’a pas stimulé la productivité, en partie parce que de nombreux immigrés (parfois surqualifiés) finissent par travailler dans des secteurs à forte intensité de maind’œuvre ayant une productivité plus faible que la moyenne. Selon les auteurs, la libéralisation du marché du travail contribuerait à résoudre ces problèmes.

Voir www.oecd.org/fr/espagne/ et www.oecd.org/fr/migrations/

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 293 T4 2012