Observateur OCDE
Home
Menu
L’avenir est aux piétons

Pour la santé de leurs administrés, les collectivités urbaines devraient encourager la marche à pied. Aux États-Unis, où l’étalement urbain et le véhicule motorisé prédominent, la marche ne représente que 8,6 % de tous les déplacements, soit de loin la part la plus faible du classement ci-contre.

Dans les pays de l’OCDE couverts par l’étude Piétons : Sécurité, espace urbain et santé, l’Allemagne, l’Autriche et l’Espagne sont ceux où la population a le plus recours exclusivement à la marche, avec en moyenne plus de 25 % des déplacements. Pourtant, dans les pays industrialisés, la distance moyenne des déplacements à pied est très courte. En Suisse, si 28 % des déplacements annuels s’effectuent à pied, 60 % d’entre eux n’excédaient pas 1 km, et seuls 10 % dépassaient 2 km. En Suède, avec 2 km parcourus, la distance moyenne est à peine supérieure, la marche à pied étant privilégiée dans environ 22 % des cas. Quant aux Américains, s’ils marchent rarement, ils parcourent de plus grandes distances que les Suisses.

Les sociétés qui favorisent la marche sont en meilleure santé, réduisent les embouteillages, stimulent l’équité sociale et sont économiquement plus dynamiques, car, comme le souligne le rapport, les piétons sont les meilleurs clients. Les politiques favorables à la marche contribuent à rendre les villes agréables, plus compactes et durables. La gestion de la mobilité devrait être mieux prise en compte dans les projets d’urbanisme, notamment au transport non motorisé. Cela décongestionnerait les villes et les poumons des citadins.

Voir www.internationaltransportforum.org et www.oecd.org/fr/sante/

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 293 T4 2012