Observateur OCDE
Home
Menu
La croissance au menu?

La gastronomie serait-elle la recette miracle pour sortir du marasme économique ? Food and the Tourism Experience ne va pas jusqu’à l’affirmer, mais elle montre qu’il s’agit d’un ingrédient important du dynamisme économique. Les articles de ce recueil avaient été réunis pour un atelier organisé en Corée en décembre 2010 : en guise d’amuse-bouche, deux chapitres évoquent la contribution de la gastronomie au tourisme et à la croissance ; ils sont suivis d’un buffet de chapitres sur l’Amérique latine, l’Autriche, la Corée, l’Espagne, la France, l’Italie, le Japon et les pays nordiques.

On y apprend que les touristes consacrent souvent au moins 30 % de leur budget à la nourriture, et qu’une partie importante de ce budget profite directement à l’économie locale. En 2009, 59 % des touristes étrangers citaient la gastronomie comme leur principale raison de se rendre au Japon, avant le shopping. Le Japon s’est doté, depuis 2004, d’un bureau chargé de promouvoir sa gastronomie, et ses grandes villes comptent désormais plus de restaurants étoilés au Michelin que leurs homologues européennes.

Rendus plus exigeants par la multiplication des voyages et la mondialisation, les touristes se détournent des destinations sans tradition culinaire. Ils recherchent des expériences de cuisine locale authentiques, exotiques et parfois novatrices, et la gastronomie peut influencer l’image de marque d’un pays. Ainsi, le vin et le fromage sont étroitement associés à la France, et le kimchi à la Corée, où une foire de gastrotourisme était l’une des manifestations majeures de l’opération Visit Korea Year en 2010.

L’expérience culinaire nordique se caractérise par l’innovation et la créativité locale ; en Italie, la gastronomie est pimentée par le mouvement du slow food, qui met en avant les ingrédients locaux et la production alimentaire durable. Les produits novateurs et respectueux de l’environnement figurent aussi au menu en Autriche et, dans des villes comme Paris, la cuisine « fusion » inspirée de la gastronomie internationale gagne en popularité.

En Amérique latine, des influences diverses venues d’Espagne, du Portugal ou d’Irlande, mais aussi d’Afrique et d’Asie, se sont conjuguées à la redécouverte du patrimoine culinaire andin pour produire une gastronomie extrêmement riche. De fait, les touristes recherchent une évasion gustative totale, comme l’indique Tae Hee Lee dans l’ouvrage. Pour les responsables publics, cette publication offre une liste d’ingrédients clés : l’authenticité, la qualité et la cohérence, le respect de l’environnement, les réseaux, la créativité, le marketing et la R&D. La croissance est peut-être à portée de fourchette…

ISBN 978-92-64-11059-5 (disponible en anglais et en coréen uniquement)

Voir la publication

©L’Observateur de l’OCDE n° 290-291, T1-T2 2012