Observateur OCDE
Home
Menu
Innovation ciblée

En ces temps de croissance lente et d’austérité, les inventeurs, entrepreneurs et entreprises nouvelles offrent une lueur d’espoir, et les autorités comme les économistes se tournent vers l’innovation pour sortir d’une crise persistante. Les mesures et programmes publics d’aide à l’innovation des entreprises existent depuis des dizaines d’années, mais sont-ils efficaces et quelles leçons offrent-ils en période d’austérité ? 

Le rapport Business Innovation Policies: Selected Country Comparisons étudie les politiques de l’innovation dans sept pays membres en soulignant l’évolution des mesures de soutien. On privilégie de plus en plus des politiques axées sur la demande visant à favoriser l’innovation dans les entreprises. Les crédits d’impôt pour la R-D, qui existent aujourd’hui dans 22 pays de l’OCDE, contre 12 en 1995, sont ainsi plus généreux que jamais. Parmi les principales mesures des politiques d’innovation figurent également les subventions individuelles aux entrepreneurs et inventeurs. Par exemple, la Fondation finlandaise pour l’innovation soutient financièrement la conception et la commercialisation de projets d’inventions en décernant des prix allant de 2 800 à 280 000 dollars.

Des politiques d’innovation hors R-D sont également couronnées de succès, telles que Vækstfonden, au Danemark, qui a alloué 12 milliards de dollars de fonds publics pour soutenir plus de 3 500 entreprises depuis 1992. Citons également Knowledge Transfer Partnership, au Royaume-Uni, qui encourage la collaboration entre entreprises et universités au moyen de projets subventionnés. Le coût moyen d’un projet est d’environ 93 000 dollars par an, mais il génère un bénéfice annuel de 357 000 dollars pour les entreprises participantes (qui sont plus de mille). Comme le souligne le rapport, certains programmes doivent être améliorés. C’est notamment le cas du Pre-Seed Fund, en Australie, qui encourage le secteur privé à investir dans les instituts de recherche : les subventions étant limitées à 780 000 dollars, cela « bloque » dans certains cas les entreprises, car elles manquent de fonds pour poursuivre des projets dans lesquels elles ont déjà beaucoup investi.

Investir dans l’innovation est coûteux, mais c’est rentable, non seulement à court terme, mais aussi parce que cela ouvre les entreprises à de nouvelles technologies et stimule une croissance créatrice d’emplois.

OCDE (disponible en anglais uniquement), Business Innovation Policies: Selected Country Comparisons, Paris.

Direction de la Science, de la technologie et de l'industrie de l'OCDE

Le Vækstfonden au Danemark 

Le « Knowledge Transfer Partnership » au Royaume-Uni


©L'Observateur de l'OCDE n° 287 T4 2011