Observateur OCDE
Home
Menu
La pauvreté infantile augmente…

Il y a quelques décennies, les retraités étaient la catégorie sociale la plus susceptible d’être défavorisée. Aujourd’hui, ce sont les enfants, la pauvreté des ménages avec enfants ayant augmenté dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE.

De fait, les familles avec enfants ont aujourd’hui davantage de risques d’être pauvres qu’au cours des décennies précédentes, selon le rapport intitulé Assurer le bien-être des familles. La proportion des enfants vivant dans des ménages pauvres s’est accrue dans de nombreux pays ces dix dernières années, pour atteindre 12,7 % en moyenne dans la zone OCDE. En Israël, au Mexique, en Turquie, en Pologne et aux États-Unis, pas moins d’un enfant sur cinq vit dans la pauvreté (l’OCDE considère comme « pauvre » tout individu vivant dans un ménage disposant de moins de la moitié du revenu médian, corrigé de la taille de la famille).

Pourtant, on compte davantage de familles bi-actives que mono-actives dans presque tous les pays. Quant à l’emploi féminin dans la zone OCDE, il a augmenté de plus de 10 points de pourcentage ces quinze dernières années, et avoisinait 60 % en 2009. Le rapport affirme également que le niveau d’instruction des femmes augmente, et qu’elles commencent à dépasser les hommes dans ce domaine.

L’amélioration du taux d’emploi féminin pourrait-elle contribuer à faire baisser la pauvreté infantile ? Pas forcément, selon les auteurs, qui recommandent des mesures destinées à aider les familles à concilier vie professionnelle et vie familiale, à assumer le coût de la garde d’enfants et à mieux intégrer congés parentaux et travail pour assurer le bien-être des enfants. Les hommes doivent en outre participer davantage aux travaux domestiques et à la garde des enfants. Quant aux pouvoirs publics, ils doivent investir davantage dans la petite enfance et dans le lien entre la qualité des services d’accueil et le développement cognitif, en particulier chez les enfants les plus défavorisés.

©L’Observateur de l’OCDE n° 284, T1 2011

Voir www.oecd.org/social-fr