Observateur OCDE
Home
Menu
Politiques d’innovation

Quiconque douterait que la politique puisse favoriser l’innovation devrait considérer le Protocole de Kyoto. Après son adoption en 1997, le nombre de brevets pour les technologies de stabilisation climatique a augmenté partout dans le monde. Six ans après, le nombre de brevets pour les technologies éoliennes avait plus que quintuplé, et celui pour les technologies solaires, photovoltaïques et hydriques/marines avait plus que doublé. Le nombre de nouveaux brevets pour d’autres technologies d’atténuation des changements climatiques, comme le captage du carbone, les biocarburants et l’énergie géothermique, a également augmenté, même si cette augmentation n’était pas beaucoup plus rapide que celle des brevets en général sur cette période.

La hausse des nouveaux brevets pour la plupart des technologies de stabilisation climatique diminue au fil du temps (voir le graphique), peut-être en partie à cause de la crise. Mais cela est probablement surtout dû aux longs délais de classement et de traitement des demandes de brevet. Néanmoins, si le Protocole de Kyoto est une référence, un nouvel accord international sur le changement climatique réduirait les incertitudes nuisibles à l’innovation et pourrait donner un nouvel élan au progrès et aux technologies vertes.

En parallèle, les politiques publiques peuvent aider davantage, comme le souligne la Stratégie de l’OCDE pour l’innovation 2010, en mettant en place les bases nécessaires à l’innovation dans des domaines comme les dépenses de recherche, les incitations à l’entreprenariat ou les infrastructures de haut débit. Une autre solution serait aussi de stimuler la demande de ces produits innovants au moyen de marchés publics tenant davantage compte de l’environnement.

OCDE (à paraître), La stratégie de l’OCDE pour l’innovation : mesurer l’innovation, Paris.

Voir www.oecd.org/environnement/innovation