Observateur OCDE
Home
Menu
Pas pressés de fusionner

Les dernières estimations montrent que les fusions-acquisitions internationales ont diminué de 56 % en 2009 par rapport à 2008. C’est la plus forte baisse de ces dernières années. Une grande partie de cette diminution a été causée par la chute de 60 % des fusions-acquisitions d’entreprises basées dans la zone OCDE, passant de plus de 1 billion de dollars à 454 milliards de dollars.

Mais les principales économies émergentes, qui ont attiré un grand nombre d’investissements internationaux en 2008, ont également enregistré leurs premières fortes baisses en termes de fusions-acquisitions externes et internes en 2009.

Entre 2007 et 2008, les fusions-acquisitions internationales d’entreprises basées au Brésil, en Chine, en Inde, en Indonésie, en Russie et en Afrique du Sud ont augmenté de 30 %, passant de 96 milliards à 121 milliards de dollars. Entre 2008 et 2009, ce chiffre a chuté de 62 %, atteignant 46 milliards de dollars. Et malgré l’augmentation de 5 % des fusions-acquisitions dans ces pays entre 2007 et 2008, elles sont estimées avoir chuté d’environ 40 % en 2009. La légère amélioration de l’investissement étranger direct signalée par les pays de l’OCDE au cours du second trimestre ne pouvait pas non plus se maintenir. En effet, malgré cette légère augmentation, les flux entrants et sortants de l’investissement direct étranger ont tous deux diminué de plus de 40 % au cours de la première moitié de 2009 par rapport à la première moitié de 2008.

La tendance actuelle confi rme les prévisions de l’OCDE concernant de fortes baisses des flux d’investissement direct étranger entrant et sortant au cours de l’année 2009. Les flux entrants auraient dégringolé à 600 milliards de dollars, et les flux sortants auraient chuté en dessous d’un billion.


©L'Observateur de l'OCDE N° 276-277 décembre 2009-janvier 2010