Observateur OCDE
Home
Menu
Signes avant-coureurs ?

La productivité avait commencé à chuter dans les pays de l'OCDE quelques années avant l'éclatement de la crise financière. Selon des statistiques récentes de l'OCDE, ce recul révèle plusieurs choses.

Premièrement, la croissance de la productivité du travail a fortement ralenti depuis 2004 aux États-Unis ; elle est inférieure à celle de l'Europe depuis 2006. Deuxièmement, certains secteurs au coeur de la crise, comme le bâtiment, ont montré des signes d'épuisement même au plus fort de la flambée de l'immobilier, en 2005. La croissance de la productivité du travail ralentit depuis 2002 ; dans le secteur du bâtiment, elle est passée de - 4 % en 2005 à -10 % en 2006 et à -12 % en 2007. En fait, la productivité accusait déjà un recul très marqué en plein coeur de la bulle. Par comparaison, la productivité dans la zone euro a également diminué après 2006, et la productivité du travail dans le bâtiment a enregistré une légère baisse de 0,5 % après avoir été quasiment nulle en 2006, tandis que la productivité totale dans l'UE progressait de 1 %.

Cette tendance à la baisse, commune à l'ensemble des pays de l'OCDE, touche aussi l'innovation, comme l'indique la productivité multifactorielle, qui mesure les interactions entre travail, technologie et savoir-faire. La chute observée indique un recul de l'innovation, mouvement contraire aux conditions d'une reprise durable.

Retrouvez plus de statistiques sur www.oecd.org/statistiques

Voir aussi les travaux de l'OCDE sur la productivité sur www.oecd.org/eco/structurel/croissance

©L'Observateur de l'OCDE n° 273, juin 2009

Autres articles associés