Observateur OCDE
Home
Menu
Nucléaire énergique

Alors que la demande énergétique et la nécessité de réduire les gaz à effet de serre augmentent, quel est le potentiel de croissance de l’énergie nucléaire ? Cela dépend, selon Perspectives de l’énergie nucléaire 2008 de l’AEN.

Les auteurs avancent deux scénarios possibles pour 2050 : soit une faible expansion, si les déclarations d’intentions ne se concrétisent pas complètement, entraînant une croissance limitée avec de nouvelles centrales uniquement en remplacement ; soit une forte croissance, si les projets en cours et les déclarations des gouvernements aboutissent. Ce dernier prévoit alors la construction de 12 nouveaux réacteurs par an en moyenne jusqu’en 2030, et jusqu’à 54 par an entre 2030 et 2050. Toutes les régions connaissent une augmentation de leur capacité nucléaire, particulièrement les pays de l’OCDE. Mais dans le premier scénario, la capacité nucléaire de l’Europe diminue. La Chine et l’Inde voient leur capacité fortement augmenter dans les deux cas, et connaissent la plus forte croissance dans le scénario de faible croissance nucléaire.

Selon les Perspectives de l’énergie nucléaire, alors que la capacité totale des pays de l’OCDE sera multipliée seulement par trois entre 2006 et 2050, celles de la Chine et de l’Inde seront respectivement multipliées par 16 et 25. Dans le scénario de croissance faible, la capacité des pays de l’OCDE d’Amérique du Nord et d’Europe reste relativement stable jusqu’en 2050. Dans les pays de l’OCDE de la zone Pacifique, elle devrait augmenter de 50 % d’ici 2050 et, comme dans le scénario de forte croissance, ce sont la Chine et l’Inde qui devraient connaître les taux de croissance les plus forts (avec une multiplication respectivement par 9 et par 12). Commandez Perspectives de l’énergie nucléaire 2008 sur www.oecd.org/librairie.