Observateur OCDE
Home
Menu
Le poids de la dette

La crise financière et le ralentissement économique risquent d’accentuer les pressions sur la dette publique. Le problème est que, selon L’OCDE en chiffres 2008, la dette publique (qui inclut la dette des administrations centrales et locales) a déjà sensiblement augmenté dans l’ensemble de l’OCDE depuis 1987, passant de 59 % à 75 % du PIB en 2007. Il y a 20 ans, la Belgique avait la dette publique la plus élevée, le Japon l’a aujourd’hui remplacée avec une dette passée de 60 % à 170 % du PIB. La dette de l’Italie a aussi atteint plus de 100 % du PIB au cours des 20 dernières années.

La limite de 60 % du PIB était l’un des objectifs fixé par les gouvernements au début des années 1990 pour préparer l’Union économique et monétaire et l’euro. En 2007, la dette publique de la zone euro atteignait plus de 71 %, bien que cela représentait une baisse par rapport au plus de 80 % de 1998. En France et en Allemagne, la dette a augmenté, passant respectivement de 50 % à 71 %, et de 38 % à 64 %. La dette publique américaine était légèrement supérieure à son niveau d’il y a 20 ans, tandis que celle du Canada y était légèrement inférieure. Plusieurs pays ont réussi à atténuer significativement leur dette publique rapportée au PIB, notamment l’Australie, la Belgique, le Danemark, l’Irlande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et l’Espagne. Particulièrement touchée par la crise, l'Islande avait néanmoins ramené sa dette publique à 22 % du PIB en 2007.

Voir www.oecd.org/enchiffres

Voir aussi les travaux du Groupe de travail sur la gestion de la dette, www.oecd.org/daf/dettepublique

©L’Observateur de l’OCDE, n°270-271, décembre 2008 - janvier 2009