Observateur OCDE
Home
Menu
Des infrastructures béton

Imaginez un revêtement de route qui devient rose quand il fait froid. C’est ce que promet Eurovia, une entreprise française, avec son nouveau vernis. Les chaussées traitées par ce vernis changeraient de couleur pour avertir les conducteurs lorsqu’elles sont gelées.

L’entretien des chaussées compte pour presque la moitié du budget routier d’un pays. Des revêtements sûrs, confortables et durables pourraient considérablement réduire le coût et la fréquence des travaux, et également faire économiser du temps et de l’argent aux utilisateurs. Un investissement dans un vernis de route n’est pas forcément judicieux ; ce qui importe, c’est la qualité des matériaux sous la surface.

Des chaussées à longue durée de vie pour routes à forte circulation présente les résultats des recherches sur le potentiel technique et économique des chaussées à longue durée les plus prometteuses. Les deux premières phases de ce projet du Forum international des transports ont confirmé la viabilité de deux surfaces particulières, le bitume-époxy et l’enduit hydraulique fibré gravillonné (EHFG). Ceux-ci coûtent deux ou trois fois plus cher que l’asphalte traditionnel, mais allongent la durée de vie de 10-15 ans à 30-40 ans (voir « Bonnes routes ! » dans L’Observateur de l’OCDE n°251, septembre 2005, www.observateurocde.org).

La compagnie pétrolière Shell a développé le bitume-époxy à la fin des années 50 comme chaussée spécifique pour terrain d’aviation, résistante au kérosène et à l’impact des avions. En 1967, la première utilisation commerciale en a été une très fine couche appliquée sur le pont San Mateo-Hayward traversant la baie de San Francisco. Après 40 ans, la surface est toujours en bon état malgré un usage intensif (30 000 voitures par voie et par jour, 250 millions de véhicules en tout).

L’EHFG se compose d’une mince couche de mortier fin fibré, à ultra hautes performances, dans laquelle sont enchâssées des particules dures de granulat, résistant au polissage. Les tests montrent qu’une couche de 10-30 mm d’EHFG est très résistante, et ne nécessiterait pratiquement pas d’entretien pendant 30 ans.

Les deux matériaux vont maintenant être testés sur des routes à forte circulation. Cette phase du projet s’intéressera à l’adhérence sur peinture réfléchissante, aux niveaux sonores, à la résistance au dérapage et à la sécurité par temps humide, ainsi qu’à la possibilité de ces matériaux d’être rapidement mélangés, appliqués et séchés.

ISBN 9789282101612

©L’Observateur de l’OCDE n° 267, mai-juin 2008