Observateur OCDE
Home
Menu
Droits devant

Jannat Bibi, qui vit dans un village au sud du Pakistan, a été fiancée à trois ans. Son histoire aurait dû s’arrêter là. Mais à 16 ans, Jannat a participé au Girl Child Project, une initiative de l’UNICEF et de la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), dont les travailleurs l’ont encouragée à ne pas se révolter contre sa famille, mais à la convaincre de soutenir ses choix personnels.

Malgré une forte résistance au début, Jannat a réussi à persuader ses proches de rompre les fiançailles. Ce projet d’assistance aux jeunes filles a changé sa vie.

Depuis quelques années, il y a une convergence entre la notion de droits de l’homme et le domaine du développement. Par exemple, les Objectifs du millénaire pour le développement reconnaissent que le développement repose sur les bases de la gouvernance démocratique, de l’état de droit, du respect des droits de l’homme, de la paix et de la sécurité. Cette reconnaissance croissante de l’importance de la dignité humaine, et du lien fondamental entre la violation des droits et la pauvreté, l’exclusion, la dégradation de l’environnement, la vulnérabilité et les conflits, a mené de nombreux pays de l’OCDE et donneurs multilatéraux à considérer les droits de l’homme comme un moyen d’améliorer la qualité de la coopération pour le développement. Certains ont adopté des approches fondées sur les droits de l’homme, tandis que d’autres préfèrent intégrer de façon implicite ces droits à diverses dimensions de leurs efforts pour le développement, notamment dans les programmes de gouvernance.

L’intégration des droits de l’homme dans le développement, élaboré par le Comité d’aide au développement de l’OCDE, montre comment ces approches apportent une valeur ajoutée à la qualité et à la réussite de l’aide au développement. Cette étude, la plus complète et la plus actualisée du genre, montre comment les organismes donneurs intègrent de manière stratégique les droits de l’homme dans leur travail, de l’amélioration de l’alphabétisation en Iran à l’accès équitable à l’eau en Tanzanie.

Des exemples comme le Girl Child Project, ou encore le programme UNIFEM pour le droit des femmes à la terre en Asie centrale, illustrent les nouvelles possibilités et les défis théoriques et pratiques liés à l’évolution des partenariats entre donneurs et pays bénéficiaires. En dehors de considérations éthiques, politiques et humanitaires, la prise en compte des droits de l’homme est de plus en plus reconnue comme un instrument pour atteindre des objectifs allant d’une meilleure gouvernance à l’efficacité de l’aide. Comme pour Jannat, cela peut changer des vies.

ISBN 9264022112.

©L’Observateur de l’OCDE, n°255, mai 2006