Observateur OCDE
Home
Menu
Sans gènes ?

Quelque 18 % de la zone totale arable et permanente de l’OCDE a été ensemencée avec des produits transgéniques entre 2008 et 2010. Les États-Unis dominent la production commerciale de cultures génétiquement modifiées dans l’OCDE, alors que les pays européens de l’OCDE et la Corée en empêchent l’exploitation commerciale, sauf sur quelques petites parcelles à des fins d’expérimentation.

Au-delà de la « blog-économie »

En 2002, Henry Copeland, directeur de Blogads et Pressflex.com, écrivait que les blogs, largement méconnus à l’époque, métamorphoseraient l’écriture et l’édition web. Il avait raison. En 2008, dans ces mêmes colonnes, il nous conseillait de parier sur Twitter plusieurs mois avant l’explosion du phénomène (l’OCDE a ouvert ses premiers comptes en avril 2009). Quelles seront les prochaines évolutions numériques ? Henry Copeland nous livre ses réflexions.

Pionniers émergents

L’innovation scientifique n’est plus l’apanage d’un cercle restreint de pays à revenus élevés. La recherche et l’innovation se sont considérablement démocratisées : ainsi, les économies émergentes asiatiques s’imposent de plus en plus comme nouveaux pôles mondiaux de la recherche scientifique. 

Steve, Clarence, Thomas et Topsy

Personne ne dira le contraire : Steve Jobs a été un génie du marketing, qui est arrivé à persuader les masses crédules d’acheter à des prix extravagants toutes sortes d’objets brillants et colorés simplement parce qu’ils sont brillants et colorés. Bien qu’on le compare souvent à Thomas Edison, Jobs, lui, n’a électrocuté aucun pachyderme. En effet, en 1903, Edison avait fait griller Topsy, l’éléphante vedette du parc d’attraction de Coney Island, et immortalisé l’événement sur pellicule.

Lecteurs numériques

Si la qualité de l’enseignement en ligne fait encore l’objet d’un débat passionné entre les éducateurs, mais aussi entre les parents et les élèves, la nécessité d’une culture numérique ne fait plus l’ombre d’un doute. Selon The Guardian, les adultes qui savent se servir d’Internet améliorent de 25 % leurs chances de trouver du travail et gagneront jusqu’à 10 % de plus que ceux qui ne possèdent pas ces compétences.

Cap sur les actifs incorporels

De nombreuses innovations phares doivent leur existence à des actifs immatériels. Quels sont-ils et que peuvent apporter les politiques publiques à leur égard ?

Innovation : des horizons illimités

Certaines entreprises de hautes technologies bien connues siègent au Canada. Mais le pays innove-t-il suffisamment ? Le tableau est contrasté, une certaine autosatisfaction figurant parmi les défis à relever.

Favoriser l’écosystème d’innovation

Vers quelles nouvelles sources de croissance se tourner en 2011 et au-delà ? Pour Charles Beigbeder, fondateur de Poweo, premier opérateur d’électricité privé en France, et créateur de nombreuses sociétés innovantes, ces sources résident dans la combinaison entre les grandes évolutions technologiques, culturelles et démographiques et l’instauration par les pouvoirs publics d’un climat favorable à l’innovation.

Toutes voiles dehors vers l’avenir

Innover, c’est aussi trouver des manières originales d’utiliser des technologies déjà existantes. La voile en est un exemple, comme l’explique la société SkySails Gmbh & Co KG.

Vers des chaînes logistiques plus intelligentes

Pour s’adapter aux nouvelles réalités façonnées par les défis pétroliers, les secteurs d’activité devront innover en matière d’organisation et de gestion. Il en résultera une évolution des chaînes logistiques, notamment dans les transports.

Voler de ses propres ailes

Le 7 avril 2010, un avion léger d’une étonnante envergure décollait d’un petit aérodrome dans le canton de Vaud, en Suisse. Après une heure et demie de vol, il atteignait 1 200 mètres d’altitude et enchaînait virages, approches et atterrissages. Contrairement à la légende d’Icare, au lieu de fondre au soleil, ses ailes en captaient l’énergie, alimentant les moteurs de l’avion. Nous avons rencontré Bertrand Piccard, l’un des concepteurs et pilotes de cet avion, le Solar Impulse HB-SIA.

Solutions locales

La gestion des écosystèmes peut favoriser la création d’emplois verts et une croissance économique durable.

Innovation : stratégies intelligentes pour des reprises durables

Pourquoi l’innovation est-elle aussi importante pour la croissance, et que peuvent faire les gouvernements pour l’améliorer ? L’OCDE étudie cette question depuis de nombreuses années, et elle livre une vision globale, la Stratégie pour l’innovation, aux gouvernements du monde entier à la réunion du Conseil au niveau des ministres, les 27 et 28 mai. En voici quelques points clés.

Assurer l’avenir des transports

Alors que nous entrevoyons les signes d’une reprise fragile, le Forum 2010 soulignera l’importance de l’innovation pour l’avenir du secteur des transports. Les décideurs, experts et professionnels de tous horizons se pencheront sur les transports de demain et sur les obstacles à surmonter, ainsi que sur les technologies, les politiques et les partenariats innovants à mettre en place.

Cliquez pour agrandir
La Stratégie de l’OCDE pour une croissance verte

La croissance verte peut-elle susciter une reprise durable ? Cela dépendra beaucoup des politiques mises en oeuvre. En 2011, l’OCDE présentera sa Stratégie pour une croissance verte. En voici quelques prémices.

Décarboner le transport routier

Pour réduire les émissions de carbone dans le secteur des transports, il faut diminuer la teneur en carbone des déplacements. Les pouvoirs publics doivent commencer par analyser le fonctionnement des marchés mondiaux, c’est-à-dire comprendre ce que recherchent les consommateurs lorsqu’ils achètent un véhicule, ainsi que les paramètres qui déterminent les décisions des constructeurs.

Des transports innovants

Les évolutions des transports et celles de la société sont inextricablement liées.

La fiscalité au service de l’innovation

La fiscalité peut être un puissant levier d’innovation. Voici comment.

Politiques d’innovation

Quiconque douterait que la politique puisse favoriser l’innovation devrait considérer le Protocole de Kyoto. Après son adoption en 1997, le nombre de brevets pour les technologies de stabilisation climatique a augmenté partout dans le monde. Six ans après, le nombre de brevets pour les technologies éoliennes avait plus que quintuplé, et celui pour les technologies solaires, photovoltaïques et hydriques/marines avait plus que doublé. Le nombre de nouveaux brevets pour d’autres technologies d’atténuation des changements climatiques, comme le captage du carbone, les biocarburants et l’énergie géothermique, a également augmenté, même si cette augmentation n’était pas beaucoup plus rapide que celle des brevets en général sur cette période.