Observateur OCDE
Home
Menu
Faire les bons choix en 2011

Dans quel état se trouve l’économie mondiale au début de 2011 ? Ces 12 à 18 derniers mois, quels progrès avons-nous accompli pour mettre fin à la pire crise économique que nous ayons connue et jeter les fondations d’un monde plus fort, plus sain et plus juste ?

Une nouvelle ère de coopération mondiale

Le G20 a prouvé sa valeur en pilotant le monde pendant la tempête. Il doit maintenant montrer qu'il peut mettre en place une nouvelle gouvernance mondiale après la crise.

Assainir la finance : pas de solution miracle

Si le système financier n’est plus en réanimation, il n’est pas pour autant sorti d’affaire. Le comportement des banques et leur réglementation soulèvent toujours des interrogations fondamentales. Les solutions ne sont pas évidentes, mais il faudra pourtant les trouver si l’on veut éviter une nouvelle crise.

L’érosion des retraites

Les retraites représentent une part importante des dépenses publiques, et une cible pour les gouvernements soucieux de comprimer leur budget. Que font les pays pour gérer les coûts à l’heure où la population vieillit à un rythme accru ?

Ni trop tôt, ni trop tard : viser le moyen terme

Que peuvent apprendre d’Israël les pays qui cherchent à remettre en ordre leurs finances publiques ? Stanley Fischer, président de la Banque centrale israélienne, rappelle l’expérience israélienne et donne des raisons d’être optimiste.

Une nouvelle croissance venue de l’espace

Le marché des technologies de géolocalisation, qui pèse déjà 30 milliards de dollars, pourrait quasiment doubler d’ici 2013.

Œuvrer à la reprise

Après la crise financière, la reprise cahotante remet en question un certain nombre d’hypothèses économiques. Dans cet entretien, John Martin, directeur de l’Emploi, du Travail et des Affaires sociales à l’OCDE, explique l’impact de la crise sur l’emploi, ainsi que les enjeux pour le marché du travail dans les années et décennies à venir.

L’impératif budgétaire

Les gouvernements et les banques centrales ont réussi à éviter une catastrophe économique mondiale, mais la crise a laissé derrière elle des États quasiment en faillite. Un retour rapide à la solvabilité est indispensable.

Hommage anniversaire

Au nom du peuple japonais, je tiens à présenter mes sincères félicitations pour le 50e anniversaire de l’OCDE. En cette année marquante, je souhaite souligner les réalisations de l’OCDE et le rôle qu’elle me paraît devoir jouer à l’avenir.

Table ronde sur les déficits publics

Le déficit budgétaire pour l’ensemble de la zone OCDE a culminé à environ 7,5 % du PIB en 2010, soit l’équivalent de 3 300 milliards de dollars. En 2011, ce niveau devrait descendre aux alentours de 6,1 % du PIB, ce qui restera historiquement élevé. Mais bien que la nécessité de restaurer les finances publiques soit partagée dans le monde entier, l’état du solde budgétaire des gouvernements varie considérablement.

En bref - octobre 2010

Ralentissement en vue ?; Économie ; Verbatim ; Dépêches ; Travaux anti-corruption primés ; Lancement d'iLibrary ; Israël rejoint l'OCDE ; Le Secrétaire général reconduit ; Best of...

Remédier aux coûts de santé

Les dépenses de santé s’accroissent alors même que les budgets publics sont de plus en plus resserrés. Une marge importante existe pour dépenser mieux.

Les défis de santé après la crise

Au lendemain de la crise financière, les gouvernements doivent à la fois répondre aux pressions à court terme qui s’exercent sur les budgets de la santé et remplir leurs obligations à long terme, afin de fournir au public des services de santé de plus en plus performants. Trouver le juste équilibre entre ces deux exigencies n’est pas chose facile.

Des politiques meilleures pour une vie meilleure !

Alors qu’elle s’apprête à souffler ses 50 bougies, l’OCDE doit continuer à être toujours plus pertinente, utile et ouverte au sein de la nouvelle architecture de gouvernance mondiale, affirme Angel Gurría dans cet extrait des observations qu’il a formulées à l’occasion du renouvellement de son mandat de Secrétaire général.*

De la reprise à une croissance pérenne

Les défis économiques structurels et la préparation de la reprise, tels étaient les thèmes dominants des débats lors de la réunion du Conseil au niveau des ministres 2010, présidée par M. Silvio Berlusconi, Président du Conseil italien. Parmi les autres questions à l’ordre du jour : les défis budgétaires, l’emploi, la croissance verte, l’innovation, le développement, les échanges et l’investissement, ainsi que le progrès social. Résumé des conclusions.

Le temps partiel, un choix payant?

Autrefois considéré comme une impasse, le travail à temps partiel attire aujourd’hui de plus en plus de travailleurs.

Le facteur confiance

La crise est-elle enfin derrière nous? En ce début de deuxième semestre 2010, la question est sur toutes les lèvres. Selon les dernières Perspectives économiques, la zone OCDE connaîtra une croissance d’environ 2,7 % en 2010. Mais si l’économie mondiale n’est sans doute plus en soins intensifs, elle reste très fragile, comme le soulignent l’instabilité des marchés, l’augmentation de la dette publique et l’ampleur du chômage. Un facteur essentiel fait défaut : la confiance. Comment la restaurer? Les gouvernements des pays de l’OCDE sont confrontés au double défi de relancer la croissance tout en remettant de l’ordre dans les finances publiques. Ce sont les deux faces d’une même médaille, et seul un nouvel équilibre entre elles permettra une reprise durable.

La reprise s'affirme, mais de nouveaux risques émergent

La croissance repart dans la zone de l’OCDE – à des rythmes différents selon les régions – et semble plus dynamique que les prévisions de la dernière édition des Perspectives économiques. Elle s’appuie dans une large mesure sur le dynamisme de la croissance des pays émergents. Cependant, les risques entourant la reprise mondiale émergent, paraissant plus élevés aujourd’hui, en raison de la rapidité et de l’ampleur des mouvements de capitaux vers les économies émergentes et de l’instabilité des marchés de la dette souveraine.

Allemagne : emploi du temps gagnant

L’Allemagne semble avoir plutôt bien surmonté la crise de l’emploi. Contrairement à certains de ses voisins européens chez qui le chômage est monté en flèche, le taux de chômage allemand a presque baissé d’un point, passant de 7,9 % au début de la récession à 7 % en mai 2010.

En bref - juillet 2010

Dépenses de santé en hausse ; Dépêches ; Verbatim ; Benvenuto ! ; Économie ; Spéculation alimentaire ? ; Flexibilité chinoise bienvenue ; Échanges sans frontières ; Best of...

Appel à la coopération

La coordination des efforts internationaux en réponse à la crise économique a été saluée par le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, la Chancelière allemande Angela Merkel, le Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail Juan Somavia, le Directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss- Kahn et le Président de la Banque mondiale Robert B. Zoellick. Ils ont délivré une déclaration commune à la presse le 28 avril 2010, appelant à continuer « les efforts internationaux dans le but de garantir une reprise durable dans le secteur financier et de renforcer la croissance à long terme, ainsi que de gérer l’impact de la crise sur les pays pauvres et les populations vulnérables. » Pour la déclaration complète, voir www.ocde.org

Tester les compétences

Alors que les pays tentent de maintenir leur compétitivité à l’échelle mondiale, d’améliorer la flexibilité et la réactivité de leurs marchés du travail et de gérer le vieillissement de leur population, l’OCDE lance un Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA). Ce programme vise à évaluer le savoir-faire des individus, la manière dont ils l’appliquent sur leur lieu de travail, ainsi que la manière dont de meilleures compétences conduisent à de meilleurs emplois, une productivité accrue, et, en fin de compte, à de meilleurs résultats économiques et sociaux. Le but du programme est d’aider les gouvernements à comprendre comment l’éducation et les programmes d’apprentissage peuvent développer le savoir-faire et les compétences nécessaires aux individus pour participer pleinement à nos sociétés du savoir.

Angus Maddison

Le professeur Angus Maddison, décédé le 24 avril, était un économiste hors-pair et une légende de l’OCDE. De fait, il a rejoint l’OCDE avant même qu’elle n’existe. En 1952, il est devenu membre de ce qui était, à l’époque, la direction de l’Économie et des Statistiques de l’Organisation européenne de coopération économique, l’OECE. Lorsque l’OECE est devenue l’OCDE en 1961, il a mis son grand intérêt pour les statistiques, leur mesure et leur précision, au service des questions de développement.

Nouvelles règles necessaries

Il est intéressant de remarquer qu’il est parfaitement rationnel pour les prêteurs (et les compagnies d’assurances) de baisser leurs prix et leurs garanties en temps de prospérité, afin d’augmenter leur part de marché. C’est leur moyen de gagner de l’argent.

Monnaie en réserve

Les « droits de tirage spéciaux », une quasi-monnaie méconnue, sont une ressource importante pour les pays en développement, et la possibilité d’en faire une monnaie de réserve internationale est aujourd’hui envisagée.

Dix ans de lutte contre la corruption transnationale

Depuis l’entrée en vigueur de la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption, beaucoup de progrès ont été accomplis. Mais il faudra faire bien plus pour assainir les pratiques commerciales inéquitables.

Entretien L’économie chilienne

En mai, le Chili est devenu le 31ème membre de l’OCDE et le premier du continent sud américain. Le pays rejoint l’Organisation dans une période d’incertitude, tant à l’échelle internationale que nationale, alors que les répercussions du séisme de février se font encore sentir. Felipe Larraín, ministre des Finances du Chili, nous fait part de ses réflexions sur cette catastrophe et sur le programme de reprise du pays.

La fiscalité au service de l’innovation

La fiscalité peut être un puissant levier d’innovation. Voici comment.

Innovation : stratégies intelligentes pour des reprises durables

Pourquoi l’innovation est-elle aussi importante pour la croissance, et que peuvent faire les gouvernements pour l’améliorer ? L’OCDE étudie cette question depuis de nombreuses années, et elle livre une vision globale, la Stratégie pour l’innovation, aux gouvernements du monde entier à la réunion du Conseil au niveau des ministres, les 27 et 28 mai. En voici quelques points clés.

Cliquez pour agrandir
La Stratégie de l’OCDE pour une croissance verte

La croissance verte peut-elle susciter une reprise durable ? Cela dépendra beaucoup des politiques mises en oeuvre. En 2011, l’OCDE présentera sa Stratégie pour une croissance verte. En voici quelques prémices.