Observateur OCDE
Home
Menu
L'Afrique et ses partenaires émergents

Une nouvelle Afrique semble voir le jour, plus confiante et plus sûre d’elle. Comme l’indiquent les Perspectives économiques en Afrique 2011, cette nouveauté se reflète aussi dans les relations entre le continent et les économies émergentes.

Développement : le monde change, l’économie aussi

En 2008, l’économiste chinois Justin Yifu Lin est devenu le premier Économiste en chef de la Banque mondiale issu d’un pays en développement. M. Lin y est l’inventeur du concept de « nouvelle économie structurelle », qui vise à trouver un juste équilibre entre le rôle du marché et celui de l’État dans les économies des pays en développement. Avant la Conférence annuelle de la Banque sur l’économie du développement (ABCDE), qui s’est tenue cette année à l’OCDE, M. Lin a accordé un entretien à Brian Keeley.*

La fiscalité africaine à la loupe

Renforcer les capacités des administrations fiscales est essentiel pour stimuler le développement de l’Afrique. Selon une nouvelle étude, des actions sont déjà engagées, mais il faut faire davantage.

Le parcours de l’aide au développement

Au cours des 50 dernières années, le monde a connu des progrès inégalés en termes de bien-être. Mais ceux-ci ont été inégaux, et les indicateurs de progrès peuvent masquer des chiffres absolus médiocres.

L’Afrique : une source de croissance pour le XXIème siècle ?

L’Afrique décolle-t-elle enfin ? Certains signes sont prometteurs. Riche de ressources naturelles et de plus d’un milliard d’habitants, le continent a connu cinq années successives de croissance économique de plus de 5 % en moyenne entre 2004 et 2008.

Croissance et développement : pour qui ?

Il n’y a pas de potion magique pour le développement humain. Plutôt que d’essayer de reproduire les expériences passées, nous devons nous concentrer sur les nouvelles opportunités. Plutôt que d’essayer d’appliquer des recettes politiques, nous devons adapter des principes généraux à des contextes locaux.

Des politiques meilleures pour une vie meilleure !

Alors qu’elle s’apprête à souffler ses 50 bougies, l’OCDE doit continuer à être toujours plus pertinente, utile et ouverte au sein de la nouvelle architecture de gouvernance mondiale, affirme Angel Gurría dans cet extrait des observations qu’il a formulées à l’occasion du renouvellement de son mandat de Secrétaire général.*

Pour que dure la paix

Le chemin qui mène de la guerre à la paix et de la destruction au développement n’est pas sans embûches : des études montrent que la moitié des pays ravagés par des conflits le sont à nouveau en moins de dix ans.

En bref - juillet 2010

Dépenses de santé en hausse ; Dépêches ; Verbatim ; Benvenuto ! ; Économie ; Spéculation alimentaire ? ; Flexibilité chinoise bienvenue ; Échanges sans frontières ; Best of...

Objectif aide

Les meilleures intentions du monde ne suffiront pas à raviver l’espoir d’atteindre pleinement les Objectifs du millénaire pour le développement d’ici 2015. Car la crise est passée par là. Il ne reste que cinq ans avant la date-butoir, et Coopération pour le développement: rapport 2010 signale les probables diminutions d’aide prévues en 2010, en comparaison avec les engagements pris en 2005 aux sommets du G8 de Gleneagles et du Millénaire +5 de l’ONU.

Perspectives africaines

Avant la récession mondiale, la plupart des pays africains connaissaient enfin une forte expansion. Un rebond est-il possible ?

Appel à l’aide

Avec la poursuite de la crise, les gouvernements peuvent-ils atteindre les objectifs d’aide au développement qu’ils ont fixés de concert ? Le total net de l’aide publique au développement (APD) des pays donneurs du Comité d’aide au développement de l’OCDE a atteint 119,6 milliards de dollars en 2009, soit une augmentation réelle de 0,7 % par rapport à 2008. De fait, l’aide au développement a augmenté d’environ 30 % en termes réels entre 2004 et 2009 et a continué à augmenter pendant la crise, contrairement aux autres flux financiers vers les pays en développement, qui ont connu une chute brutale. Des efforts supplémentaires n’en restent pas moins nécessaires.

Innovation et environnement

Le Japon est considéré comme l’un d’un des pays les plus innovants en matière environnementale. Nobumori Otani, Secrétaire parlementaire à l’Environnement du Japon, de passage à Paris début mai, nous explique pourquoi.

Mettre l'économie mondiale sur la voie d'une croissance durable

Les politiques actuelles sont-elles en train de faire le lit de la prochaine crise ? Ce n’est pas exclu. Certains déséquilibres doivent être corrigés.

Enjeux agricoles et alimentaires : préparer le terrain

Dans les prochaines années, le système alimentaire et agricole mondial devra répondre aux besoins de milliards d’individus supplémentaires et satisfaire des exigences accrues de qualité, d’accessibilité et de disponibilité. La terre, l’eau et les investissements feront l’objet d’une intense concurrence entre l’agriculture et les autres secteurs, et le changement climatique engendrera de nouvelles contraintes. Les ministres et les parties prenantes des pays membres de l’OCDE et des principales économies émergentes se sont réunis à Paris les 25 et 26 février afin de débattre de la meilleure façon de répondre à ces défis.

Fiscalité et développement

Les informations fiscales pays par pays peuvent‑elles contribuer à accroître les recettes au service du développement ? La réponse n’est pas si simple.

Paix ou prospérité

Malthus est mort, mais la prospérité générale ne garantit ni le bonheur ni la paix. Tel est le message principal de La prospérité du vice : Une introduction (inquiète) à l’économie, le nouveau livre de Daniel Cohen. Professeur à l’École normale supérieure et directeur adjoint de l’École d’économie de Paris, l’auteur passe en revue les quatre derniers siècles et, dans le sillage de grands économistes, historiens et sociologues, aboutit à ce constat : la prospérité ne suffit pas à garantir la paix et le bonheur. Si le ton de l’ouvrage est assez pessimiste, le talent pédagogique de Cohen le rend néanmoins stimulant et instructif.

Un nouveau contrat social ?

La façade du bâtiment de l’Internal Revenue Service à Washington DC arbore une citation du poète, auteur et juge américain, Oliver Wendell Holmes : « Les impôts sont le prix à payer pour une société civilisée ». C’est la perspective d’améliorer la gouvernance par le biais des recettes publiques qui est importante pour la société civile, et chacun a son rôle à jouer.

Prix de transfert : un défi pour les pays en développement

Aujourd’hui, la plupart des débats sur la fiscalité et les pays en développement portent sur la fuite des recettes fiscales vers les paradis fiscaux offshore. Mais les pays en développement doivent aussi être attentifs à la question des prix de transfert. Ils éviteraient ainsi des pertes fiscales au niveau des transactions transnationales effectuées par les multinationales. Explication.

Fiscalité en Afrique : une ère nouvelle

Le Forum sur l’administration fiscale en Afrique (ATAF) est une étape décisive sur la voie d’une plus grande autonomie, d’une croissance renforcée et d’un développement social accru des pays du continent.

La fiscalité, levier de développement

Réformer les systèmes fiscaux peut favoriser le développement en renforçant l’autonomie des gouvernements. Cela peut aussi susciter des réformes plus vastes.

Les défis à venir

L’année 2010 a commencé avec un tremblement de terre dévastateur en Haïti qui a tué plus de 100 000 personnes et a pratiquement détruit le pays. Nous tenons à exprimer notre sentiment de solidarité envers le peuple haïtien. Cette tragédie ravive le triste souvenir du tsunami, survenu juste avant la nouvelle année 2004. Rien ne peut remplacer la perte d’êtres chers.

Éolien marocain

Le 2 novembre, le Maroc a lancé un programme d'énergie solaire de 9 milliards de dollars. Le programme inclut cinq centrales qui devraient produire une capacité totale de 2000 MW d'ici 2020, l'équivalent d'environ 40 % de la production d'électricité du pays.

Puissance renouvelable

La région MENA est l'une des premières productrices de pétrole et de gaz naturel. Deviendra-t-elle aussi un réservoir mondial d'énergies renouvelables ? C'est possible, à condition de réaliser certains investissements majeurs.

Investir dans la matière grise

La région MENA investit fortement dans l'éducation. Cependant, pour satisfaire la demande d'études supérieures d'une génération de baby-boomers, les gouvernements de la région devront trouver de nouvelles sources de financement.

Aux prises avec les prix alimentaires

Un système de réserve de céréales à trois niveaux pourrait protéger les pays pauvres contre l'instabilité et les flambées des prix alimentaires, et aiderait à répondre aux crises alimentaires.

Encourager l'investissement

La région MENA recèle un immense potentiel de croissance économique et de développement. L'amélioration des politiques et des pratiques favorables à l'investissement aidera grandement à concrétiser ce potentiel.

Une action résolue

Renforcer le secteur public est essentiel pour l'investissement et le développement, mais c'est un défi de taille. Mohammed Abbou, Ministre de la Modernisation des secteurs publics du Maroc, explique comment y contribuer.

En bref - juin 2009

Chute record du PIB ; Économie ; Verbatim ; Matières sexuées ? ; Discipline fiscale ; Comité d'aide au développement ; Chômage des jeunes ; Aide irlandaise ; Best of...

La fiscalité sert le développement

Des systèmes fiscaux plus solides et plus sains favoriseraient le développement, mais il y a beaucoup à faire.