Observateur OCDE
Home
Menu

En bonne voie

OCDE Observateur

Selon le rapport La réforme de la réglementation des chemins de fer en Russie, la Russie a engagé une réforme accélérée de son système de transport.

La construction des derniers tronçons de l’autoroute transsibérienne qui reliera Moscou à Vladivostok – la plus longue route du monde, soit près de 10 000 km – a été achevée en mars de cette année, mais les travaux de revêtement ne seront pas terminés avant 2008. Le mode de transport privilégié des Russes demeure le train, et le chemin de fer transsibérien – la plus longue voie ferrée continue du monde – a été complètement électrifié il y a moins de deux ans.En 2003, le gouvernement a restructuré l’organisme de tutelle du système ferroviaire – appelé le ministère des Moyens de communication – pour le subdiviser en plusieurs entités, dont un nouveau ministère et une division d’exploitation ferroviaire, Russian Railways. Les réformes en cours prévoient l’ajustement du système de tarification et des mesures visant à promouvoir la concurrence, principalement en incitant l’industrie à effectuer ses propres transport de marchandises sur les 149 000 km de voie ferrée. Compte tenu de l’obsolescence générale et de la pénurie nationale des wagons, le gouvernement a introduit une nouvelle grille de tarifs pour les opérateurs utilisant leurs propres wagons et locomotives afin de les encourager à constituer leur propre parc ferroviaire. Étant donné que le chemin de fer achemine plus de 80 % du trafic russe de marchandises, il est également prévu d’ouvrir le marché des installations – gares, dépôts de marchandises et centres de triage.Selon le rapport, les services voyageurs seront subdivisés en entités qui pourraient ultérieurement être confiés aux régions ou aux collectivités locales, ou même être privatisés. En Russie, comme dans la plupart des pays de l’OCDE, les services suburbains sont déficitaires, et ils sont actuellement subventionnés par les recettes des services de fret. Cependant, si le réseau routier continue de s’améliorer et les ventes d’automobiles d’augmenter, les transporteurs routiers russes pourraient bien mettre ces recettes en péril. En effet, la concurrence du transport routier limite de plus en plus la puissance de marché des services de transport ferroviaire de marchandises en Russie européenne, même si le rail conserve un quasi-monopole pour le fret à l’est de l’Oural. Le gouvernement demeurera soumis à des pressions pour poursuivre à bonne allure la réforme du secteur ferroviaire.© L’Observateur de l’OCDE, N°243, Mai 2004