Observateur OCDE
Home
Menu

Réchauffement planétaire

OCDE Observateur
Trois ans après l’adoption de la Stratégie de l’environnement de l’OCDE établie sur 10 ans, sa mise en œuvre à l’horizon 2010 n’est « pas en bonne voie » et des mesures plus ambitieuses doivent être prises. Tel est le constat dressé par les ministres ou vice-ministres des pays de l’OCDE et au-delà lors de leur réunion à Paris pour évaluer les progrès réalisés.Martin Cullen, Ministre irlandais de l’Environnement, du Patrimoine et des Collectivités locales et président de la réunion, a reconnu que l’Irlande elle-même devait encore beaucoup travailler, en particulier sur le réchauffement planétaire. Il a réaffirmé la détermination de son pays à atteindre ses objectifs et a appelé les autres pays à prendre eux aussi un engagement fort en ce sens.Cette conférence à haut niveau a permis de lancer un avertissement. Pour la toute première fois à l’OCDE, des représentants des entreprises, des syndicats et des ONG de l’environnement ont pris part à la réunion ministérielle et non uniquement aux consultations préalables.Les ministres sont convenus que de sérieux défis environnementaux restaient à relever, notamment pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, enrayer le recul de la biodiversité et découpler les pressions environnementales de la croissance économique. Ils ont exprimé la nécessité impérieuse de parer au changement climatique. Alors que seul un tiers des pays de l’OCDE ont réussi à stabiliser ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, M. Cullen a encouragé tous les pays membres à ratifier et à mettre en œuvre le Protocole de Kyoto dès que possible.Les ministres ont estimé que de nouveaux progrès pouvaient également être accomplis par l’élaboration de politiques « fondées sur le marché », telles que les permis négociables. Ils se sont interrogés sur les subventions dommageables pour l’environnement – dont les exonérations fiscales – qui faussent les échanges, et sont convenus que leur réforme et les coûts de l’inaction seraient parmi les grands thèmes des travaux de l’OCDE. De l’avis des participants, la contribution du secteur privé est primordiale et l’application de technologies plus propres dans la lutte contre les problèmes d’environnement devrait jouer un plus grand rôle. Les ministres ont adopté un Message sur la poursuite des travaux relatifs au développement durable à l’OCDE et sont convenus de se réunir à nouveau en 2008.Le Vice-ministre chinois de l’Environnement a profité de l’occasion pour annoncer que l’OCDE entreprendrait en 2005 un examen environnemental de la Chine.© L’Observateur de l’OCDE, N°243, Mai 2004